Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rome propose 4,5 mds d'économies supplémentaires

Reuters27/10/2014 à 19:46

(Actualisé avec le rajout sur la France) par Gavin Jones et James Mackenzie ROME, 27 octobre (Reuters) - L'Italie proposera de faire 4,5 milliards d'euros d'économies de plus l'an prochain, a déclaré lundi le ministre de l'Economie Pier Carlo Padoan, afin de répondre aux critiques de l'Union européenne sur le projet de loi de Finances de 2015. Les mesures additionnelles incluent 3,3 milliards d'euros qui avaient été initialement affectés à des réductions d'impôts, suivant une lettre transmise par Padoan à la Commission européenne et publié sur le site du ministère de l'Economie. La France a elle aussi présenté à la Commission européenne une modification de ses projets budgétaires pour l'an prochain, comme l'a annoncé lundi le ministre des Finances Michel Sapin, dans l'espoir d'échapper à un bras de fer avec ses partenaires européens. ID:nL5N0SM4DJ L'initiative de Padoan intervient alors que la Banque centrale européenne a annoncé dimanche que neuf banques italiennes avaient raté ses tests de résistance, mettant à nu une faiblesse économique chronique de l'Italie. Le projet de loi de finances 2015, présenté le 15 octobre par le président du Conseil Matteo Renzi, prévoyait 18 milliards d'euros d'allégements fiscaux et repoussait à 2017 le retour à l'équilibre budgétaire structurel. La CE a demandé à Rome de réduire le déficit "structurel", qui fait abstraction du cycle économique et des éléments exceptionnels, de 0,7% du PIB, alors que le projet de loi de Finances représente pour l'instant 0,3% seulement. Le porte-parole du commissaire européen aux Affaires économiques et monétaire Jyrki Katainen a dit lundi que l'exécutif européen saluait la "réponse constructive" de l'Italie mais ajouté que les discussions se poursuivaient et que "le résultat de cette procédure reste ouvert". Si la CE n'est pas satisfaite des nouvelles propositions, elle doit en informer Rome d'ici le 29 octobre. Bruxelles estime que Rome doit resserrer les boulons du budget, compte tenu d'une dette qui atteint plus de 130% du PIB, la plus élevée de la zone euro après celle de la Grèce. Mais pour Matteo Renzi, la dette a gonflé en raison d'une récession persistante aggravée par les politiques d'austérité. Outre les 3,3 milliards d'euros prélevés sur les réductions d'impôts, Renzin propose de réduire de 500 millions d'euros la contribution de l'Italie à des projets financés par l'UE et augmenter de 730 millions d'euros l'enveloppe des mesures destinées à prévenir l'évasion fiscale. La troisième économie de la zone euro anticipe une croissance de 0,6% en 2015 après une contraction de 0,3% cette année. Padoan souhaite que l'Italie puisse reporter l'objectif de remettre le déficit dans la norme pour privilégier un "ensemble ambitieux de réformes structurelles" susceptibles de doper son potentiel de croissance et donc de gestion de sa dette. Renzi pour sa part travaille à un projet de réforme radicale du marché du travail mais qui pour l'heure reste flou et dont on ne sait s'il prendra jamais force de loi. * La lettre adressée par le ministre italien de l'Economie à la Commission européenne (en anglais) : http://bit.ly/1wBOKZu (Marc Joanny et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.