1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rome menace de renvoyer en Libye les migrants bloqués près de Lampedusa
Le Point19/08/2018 à 17:13

Matteo Salvini exige que Malte prenne ses responsabilités concernant les migrants. 

Depuis jeudi soir, un bateau est bloqué au large de l'île de Lampedusa. À son bord, des gardes-côtes italiens mais, surtout, quelque 180 migrants. Les autorités de la botte italienne refusent qu'il accoste. Mais, Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur, a menacé ce dimanche de renvoyer en Italie les migrants si une solution européenne n'était pas trouvée. Une éventualité toujours refusée catégoriquement par l'Union européenne. Celle-ci considère en effet que la Libye n'offre pas de port « sûr ». Or, il s'agit d'une condition obligatoire selon le droit maritime international.

« Ou l'Europe décide sérieusement d'aider l'Italie concrètement, à partir par exemple des 180 migrants à bord du navire Diciotti, ou nous serons contraints de (...) raccompagner dans un port libyen les personnes secourues en mer », a déclaré dimanche Matteo Salvini, qui est aussi le chef de la Ligue (extrême droite) et vice-Premier ministre. Ce navire des gardes-côtes italiens est bloqué depuis jeudi devant l'île italienne de Lampedusa, faute d'autorisation pour accoster, le gouvernement populiste italien réclamant de Malte qu'elle prenne en charge ces migrants.

De la nuance entre sauvetage et interception

Le gouvernement maltais, qui avait laissé mercredi accoster l'Aquarius avec 141 migrants à bord après un accord pour les répartir dans plusieurs pays européens, a répliqué que les migrants avaient refusé...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • sense78
    20 août08:57

    La "Patrie des droits de l'Homme" va bien une nouvelle fois accueillir une bonne partie des ces clandestins pour que le navire italien puisse rapidement aller en chercher d'autres. Il est vrai que notre pays manque cruellement de diversité dans ses nombreuses et diverses cités.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer