Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Romans : les premiers mots de la rentrée littéraire

RelaxNews18/08/2013 à 13:28

L'incipit des futurs succès de la rentrée littéraire. kaczor58/shutterstock.com

(AFP) - Les premiers mots d'un roman, c'est un pacte signé avec le lecteur : ils donnent la tonalité du livre et certains restent gravés dans nos mémoires, comme le seront, peut-être, les plus percutants de la rentrée 2013.

Voici un florilège des premiers mots ou "incipit" de quelques-uns des 357 romans français publiés à partir du 21 août :

- "Je suis un homme sans âge et un meurtrier. Oh je sais, tu te moques, tu trouves ça prétentieux" : Boris Razon se confie au lecteur dans un premier roman bouleversant, "Palladium" (Stock). Ce journaliste s'est retrouvé en 2005, du jour au lendemain, tétraplégique et ne pouvant plus communiquer. À 37 ans, il entre en littérature avec ce récit autobiographique mêlant réalité crue de l'hôpital et monde fantasmagorique.

- "J'allais naître. Pour moi, l'enjeu était de taille. Si c'était à refaire, je naîtrais beaucoup moins - on naît toujours trop" : ainsi commence "Naissance" de Yann Moix (Grasset), roman d'initiation étincelant et multiple de 1.200 pages, "gros comme une femme enceinte de neuf mois", dit l'auteur.

- "Je déteste voyager, c'est ce que Richard B. se répétait en bouclant sa valise" : dans ce roman envoûtant, "Les évaporés" (Flammarion), Thomas B. Reverdy nous emporte au coeur du Japon de l'après Fukushima. Certains y choisissent de disparaître pour survivre. C'est le cas du père de Yukiko, installée à Los Angeles. Elle part à sa recherche, aidée par son ex, détective privé américain toujours fou d'elle.

- "Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps" : Pierre Lemaître, dans "Au revoir là-haut" (Albin Michel), fait une première incursion hors du polar avec ce roman époustouflant sur deux rescapés de la Grande Guerre condamnés à l'exclusion. Ils imaginent une arnaque spectaculaire pour défier l'État qui glorifie ses disparus et rejette les survivants.

- "Anne Sinclair. Tel est le nom de la jeune inconnue sur la photo accrochée dans le bureau de Grand-Père", explique Franck, le narrateur de "Une matière inflammable" (Stock), de Marc Weitzmann, qui donne une vision acerbe des relations familiales, du gotha parisien et de la société française, sur fond d'affaire DSK.

- "Quelqu'un m'a craché dessus aujourd'hui" : scandale encore avec "Le fils de Sam Green" (Anne Carrière), de Sibylle Grimbert. Sam Green, c'est Bernard Madoff, roi déchu de Wall Street, condamné pour escroquerie. Dans le roman, son fils, élevé comme un nabab, perd pied et se torture: est-il une victime de son père ou son complice? Le fils aîné du vrai Madoff s'est suicidé en 2010, deux ans après l'arrestation de son père.

- "Maria Cristina Väätonen, la vilaine soeur, adorait habiter à Santa Monica". Dans "La grâce des brigands" (L'Olivier), Véronique Ovaldé raconte par la voix d'un narrateur anonyme comment son héroïne quitte le Grand Nord pour s'installer en Californie, comment elle devient écrivain, tente de résister à l'emprise familiale et aux pièges de son amant romancier.

- "On prend la mer et on atteint un fleuve" : Marie Darrieussecq parle dans "Il faut beaucoup aimer les hommes" (P.O.L) du racisme, du culte des apparences à Hollywood mais aussi des faiblesses et des égarements de l'amour.

- "C'était le jeudi 29 mai 2003, en fin d'après-midi" : amour toujours dans "Moment d'un couple" (Gallimard) de Nelly Alard. Quand son mari journaliste lui avoue sa liaison avec une élue, l'univers de Juliette vacille. Comment survivre à la trahison?

- "Je n'ai pas le sens de l'orientation : je ne saurais même pas dessiner la forme approximative de mon trajet" : après une fresque sur les années sida, Tristan Garcia dissèque, dans "Faber. Le destructeur" (Gallimard), la tentation de la radicalité et les rêves perdus de ceux qui ont eu vingt ans à l'aube du XXIe siècle.

- "C'est l'époque où je vivais dans une voiture" : Yannick Haenel ausculte dans "Les Renards pâles" (Gallimard) la rencontre entre un solitaire en attente d'un bouleversement politique et un groupe de sans-papiers masqués, baptisé "Renard pâle", dieu anarchiste dogon.

cha/fa/ed

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.