1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rio : le vainqueur du 1 500 m paralympique plus rapide que le champion valide

Le Point13/09/2016 à 16:05

Abdellatif Baka, plus rapide que Matthew Centrowitz.

Fabuleux ! Les quatre premiers athlètes paralympiques du 1 500 m dans la catégorie T13 (malvoyants), disputé lundi, ont réalisé un meilleur temps que le champion valide de la discipline, Matthew Centrowitz, sacré quelques semaines plus tôt. Il a fallu 3'48"29 à l'Algérien Abdellatif Baka pour remporter l'épreuve tandis que Centrowitz a eu besoin de 3'50''00. Les trois autres coureurs paralympiques arrivés derrière Baka, l'Éthiopien Tamiru Demisse (3'48"59), le Kényan Henry Kirwa (3'49"59) et l'Algérien, Fouad Baka (3'49"84), ont également fait mieux.

Le paramètre tactique

Cet exploit doit cependant être relativisé. Le 1 500 m olympique s'accompagne d'une dimension tactique : les athlètes entament lentement leur course avant d'accélérer dans les 400 derniers mètres, ce qui explique le temps réalisé par Centrowitz, d'ailleurs bien inférieur à son record personnel (3'30"40). L'épreuve paralympique, débarrassée de ces considérations, a ainsi laissé les sportifs malvoyants libres de sprinter dès les premiers mètres.

Que ce soit pour les exploits sportifs ou le spectacle, les Jeux paralympiques n'ont rien à envier aux Jeux olympiques. En août dernier, le marathonien éthiopien, Feyisa Lilesa, se fendait d'un geste contestataire à l'égard du régime politique de son pays au moment de franchir la ligne d'arrivée. Son compatriote paralympique, Tamiru Demisse, médaillé...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer