Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Rien n'est fait", dit l'équipe de François Hollande

Reuters13/03/2012 à 13:34

MANUEL VALLS ESTIME QUE NICOLAS SARKOZY EST PRÊT À TOUT

PARIS (Reuters) - "Rien n'est fait" à quarante jours de l'élection présidentielle dont le résultat se jouera "sur le terrain", a estimé mardi l'équipe de campagne de François Hollande à propos de la remontée de Nicolas Sarkozy dans les enquêtes d'opinion.

Un sondage Ifop-Fiducial pour Europe 1, Paris Match et Public Sénat publié dans la nuit de lundi à mardi place pour la première fois le président sortant devant son adversaire socialiste dans les intentions de vote pour le premier tour.

"Cette campagne ne va pas se jouer dans les sondages, elle va se jouer sur le terrain", a commenté le directeur de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici.

"On voit tout de même dans l'opinion qu'il reste une volonté de changement extrêmement forte, notamment pour le deuxième tour (...) La volonté de changement est là", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse au siège de campagne.

Manuel Valls, directeur de la communication de François Hollande, a estimé pour sa part que Nicolas Sarkozy était "prêt à tout" pour remporter un second mandat.

"Rien n'est fait et, face à un Nicolas Sarkozy qui est prêt à tout, à escamoter son bilan, à prendre des catégories de Français comme boucs émissaires, à fuir ses responsabilités, rien n'est fait", a-t-il dit sur Europe 1.

"Pour que François Hollande l'emporte, pour qu'il rassemble les Français au deuxième tour, il faut qu'il soit le plus haut possible au premier tour," a-t-il ajouté.

Lundi soir sur France 3, François Hollande avait affiché sa sérénité devant l'évolution des enquêtes d'opinion.

"Je ne vais pas me laisser impressionner par quelque sondage que ce soit. Une élection, ça se mérite, un vote ça se conquiert, rien n'est fait, rien n'est acquis", a-t-il déclaré.

"Je n'ai pas de certitude, si j'avais une certitude, je ne ferais pas campagne", a ajouté le député, qui invite à chaque meeting les électeurs à voter pour lui dès le premier tour.

"HYPERCONFIANCE" CONTRE "HYPERPESSIMISME"

Dans le dernier baromètre Ifop, Nicolas Sarkozy obtient 28,5% des intentions de vote au premier tour, soit 1,5 point de mieux que le 26 février dans la précédente édition de ce sondage, et son rival 27%, en baisse de 1,5 point.

François Hollande reste cependant nettement en tête pour le second tour, même si l'écart se réduit de quatre points : il obtient 54,5% des intentions de vote (-2 points) contre 45,5% pour Nicolas Sarkozy (+2 points).

L'essayiste Alain Minc, conseiller officieux de Nicolas Sarkozy, s'est de son côté réjoui de ce sondage.

"J'espère que l'hirondelle de ce matin fera le printemps", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"Dans les mots de Manuel Valls, ce qui me frappe c'est le début de la phrase, 'rien n'est fait'", a-t-il ajouté. "Serait-ce que soudainement l'hyperconfiance devient l'hyperpessimisme?", a-t-il ironisé.

D'autres candidats à l'élection présidentielle ont pour leur part tenu à relativiser la portée de ce sondage.

"Ça fera peut-être la joie de tous les bookmakers et de tous ceux qui parient sur l'élection présidentielle comme une course du PMU", a déclaré Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) sur France Info. "Mais la réalité est inchangée", a-t-elle ajouté.

Si d'autres enquêtes d'opinion confirment cette inversion des courbes, le chef de l'Etat, qui brigue un second mandat, aura réussi son pari : passer en tête dans les intentions de vote et créer une dynamique en sa faveur avant d'entrer dans la période d'égalité absolue du temps de parole des candidats.

Un pari qui semblait plutôt mal engagé jusqu'à son meeting géant de dimanche à Villepinte, près de Paris, qui semble avoir marqué un tournant dans sa campagne.

Chine Labbé et Catherine Bremer, édité par Elizabeth Pineau

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.