1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Richard Ferrand entendu par les juges à Lille
Reuters11/09/2019 à 14:40

RICHARD FERRAND ENTENDU PAR LES JUGES À LILLE

PARIS (Reuters) - Le président de l'Assemblée nationale française, Richard Ferrand, était entendu mercredi, à Lille, par les juges enquêtant sur l'affaire des Mutuelles de Bretagne, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Cette audition se déroulait dans le cadre de l'information judiciaire pour prise illégale d'intérêts ouverte en janvier 2018 à la demande du Parquet national financier (PNF) et confiée à des magistrats lillois.

L'entourage de Richard Ferrand n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat. Interrogée sur ce sujet lors du compte rendu du conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, s'est pour sa part refusée à tout commentaire, invoquant la séparation des pouvoirs.

L'ouverture de cette information judiciaire a fait suite à une plainte avec constitution de partie civile déposée en novembre 2017 par l'association Anticor.

Une première plainte simple avait été classée sans suite par le procureur de la République de Brest, pour qui "aucune infraction au code de la mutualité (n'avait) été établie".

Le parquet de Brest avait ouvert le 1er juin 2017 une enquête préliminaire pour établir s'il y avait lieu ou non de poursuivre Richard Ferrand pour avoir permis à la société immobilière de sa compagne, Sandrine Doucen, d'emporter en 2011 un marché immobilier lors de la location d'un local commercial par les Mutuelles de Bretagne, qu'il a dirigées de 1998 à 2012.

L'ouverture de cette enquête préliminaire, au début du quinquennat Macron, avait coûté son poste au gouvernement à Richard Ferrand, qui assure n'avoir "rien commis d'illégal ni d'immoral".

(Service France avec Simon Carraud, Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    11 septembre18:01

    +wait and see+"???,.. Peut-être, mais conflit d'intérêts quand même...;-(((

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer