Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réviser le permis de conduire à plus de 65 ans, une nécessité pour certains

RelaxNews23/08/2013 à 16:48

l i g h t p o e t/shutterstock.com

(AFP) - Ronds-points, croisements à l'indonésienne: autant d'innovations qui ne figuraient pas dans le code de la route lorsqu'Adolphe Graff, 84 ans, a passé son permis, il y a 53 ans, d'où le besoin d'un cours de remise à niveau.

"Quand j'ai passé mon permis en 1960, j'ai appris les feux, les stops, et c'était déjà pas mal. Mais maintenant, ils nous mettent des +fromages+ partout!" dit cet octogénaire en parlant des ronds-points, les bras levés vers le ciel.

"Je ne sais pas toujours bien comment les négocier", avoue-t-il lors de la pause accordée pendant la matinée de formation assurée cette semaine par l'Automobile club association, à Mulhouse (Haut-Rhin).

Spécialement destinés aux conducteurs seniors, ces ateliers seront organisés dans sept villes de France d'ici à la fin de l'année.

"Pas de tension, pas de cholestérol. Je roule facilement 50.000 km par an et je me sens en pleine forme au volant", assure quant à lui Gilbert Bisch, 80 ans, fier conducteur d'un Range Rover à quatre roues motrices. "Moi, je connais bien mon code de la route, il y a juste quelques petites choses que j'ai oubliées ou qui ont changé" reconnaît-il.

Et il n'est visiblement pas le seul à avoir de petits trous de mémoire. Interrogée sur le comportement à adopter dans un croisement "à l'indonésienne", la vingtaine de seniors participant à l'atelier de conduite reste muette. Même doute devant une diapositive montrant le panneau signalant l'entrée sur une rocade.

"Et bien, je ne le connaissais pas celui-là!", lâche Gilbert Bisch, qui a pourtant déjà emprunté sans angoisse le périphérique parisien.

Selon l'association, les automobilistes de plus de 65 ans sont de plus en plus impliqués dans des accidents de la route (+10% en 2011). Ils représentent près du tiers des détenteurs du permis de conduire en France, et 7% des tués sur la route.

Or, selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr), la part de responsabilité dans les accidents avec atteinte corporelle augmente avec l'âge: 40,86% de 25 à 64 ans, 48,92% de 65 à 74 ans, 60,6% au-delà de 75 ans.

Les 18-24 ans restent néanmoins les plus touchés puisqu'ils représentent 21% des tués sur la route, mais avec le vieillissement de la population, le nombre des seniors sur les routes est en constante augmentation.

"En 2000, on comptait 12 millions de personnes de plus de 60 ans en France, soit 21% de la population. D'ici 2035, elles seront 21 millions, soit 30 % de la population" souligne Vincent Clevenot, directeur formation et sécurité routière à l'Automobile club.

Le débat porté au Sénat

Comparativement aux autres conducteurs, le facteur alcool ou le non-respect du port de la ceinture est rarement mis en cause en cas d'accident, selon l'Automobile club. "Les facteurs d'accident sont plus généralement un malaise, la fatigue physique ou un manque d'attention", relève l'association.

En juin, le Sénat avait rouvert le débat sur la conduite parfois dangereuse des personnes âgées. Il a enterré une proposition d'instaurer un examen d'aptitude à la conduite et une évaluation médicale obligatoires à partir de 70 ans. Un groupe de travail doit néanmoins rendre un avis à la rentrée.

Après 30 ou 40 ans de permis, les conducteurs doivent "se poser des questions sur leur conduite", reconnaît Vincent Clevenot.

"Mais le contrôle médical obligatoire équivaudrait à stigmatiser une partie de la population qui n'est pas la plus responsable des accidents mortels sur les routes", désapprouve-t-il.

Selon lui, le risque de perte du permis de conduire est rédhibitoire pour les personnes âgées, soucieuses d'assurer leur mobilité, particulièrement en milieu rural. "Pour certains, le permis, c'est leur vie!" résume Vincent Clevenot.

En effet, selon un sondage TNS-Sofrès de 2011, les personnes de plus de 70 ans plébiscitent la voiture pour leurs déplacements, 86% d'entre elles déclarant "conduire régulièrement seules".

Elles ne sont en revanche que 29% à déclarer utiliser les transports en commun. Principales raisons avancées par les personnes interrogées non utilisatrices, "le maillage insuffisant du réseau" et les problèmes d'accessibilité.

cld/yo/jag


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.