Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réunions de crise entre le président italien et les partis

Reuters29/03/2013 à 15:33

LE PRÉSIDENT ITALIEN CONSULTE LES DIRIGEANTS DES PARTIS

par James Mackenzie

ROME (Reuters) - Le président Giorgio Napolitano a entamé des consultations avec les grands partis politiques vendredi pour sortir l'Italie de l'impasse au lendemain de l'échec de discussions exploratoires menées par la gauche en vue de former un gouvernement.

Le dirigeant du centre gauche, Pier Luigi Bersani, dont le parti a remporté le plus grand nombre de voix aux élections législatives des 25 et 26 février mais pas la majorité dans les deux chambres du Parlement, a officialisé son échec jeudi soir.

Après cinq jours de négociations, il a fait savoir au chef de l'Etat qu'il n'avait pas réussi à emporter l'adhésion de ses rivaux politiques, ni avec ceux de la droite de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, ni avec le Mouvement Cinq-Etoiles de l'ancien humoriste Beppe Grillo.

Pier Luigi Bersani a notamment opposé une fin de non-recevoir à Silvio Berlusconi qui souhaitait pouvoir décider du nom du successeur de Giorgio Napolitano à la tête de l'Etat.

Autre explication à l'échec des discussions exploratoires : le mouvement de Beppe Grillo ne veut pas soutenir un gouvernement qui serait dirigé par un représentant des grands partis classiques qu'il accuse d'être responsables de la crise économique et sociale.

Le très respecté Giorgio Napolitano, qui est âgé de 87 ans et dont le mandat se termine à la mi-mai, a donc décidé de se saisir du dossier et de rencontrer personnellement les représentants des principaux partis pour vérifier si un consensus autour d'un nom peut encore être trouvé ou s'il faut renvoyer les Italiens aux urnes.

RUMEUR

Parmi les possibilités qui s'offrent à lui : la nomination d'une personnalité qui n'appartienne pas au monde de la politique pour diriger un gouvernement de techniciens capable de sortir le pays de la crise économique, semblable à celui du chef du gouvernement sortant, Mario Monti, ou encore une grande coalition soutenue par tous les partis.

Plusieurs noms de personnalités sont avancés comme susceptibles de pouvoir diriger le nouveau gouvernement à la place de Pier Luigi Bersani, notamment celui de Fabrizio Saccomanni, le directeur général de la Banque d'Italie, ou encore ceux du président du Conseil constitutionnel, Franco Gallo, ou de l'ancien président du Conseil Giuliano Amato.

Le temps presse pour l'Italie. Les taux des emprunts d'Etat n'ont cessé de monter ces derniers jours. A cela s'ajoute une rumeur insistante selon laquelle l'agence de notation financière Moody's se préparerait à abaisser la note de crédit de l'Italie, qui n'est que deux crans au-dessus de la catégorie spéculative.

Giorgio Napolitano devait d'abord rencontrer au palais du Quirinal les représentants du Peuple de la Liberté (PDL), le parti de Silvio Berlusconi, à partir de 10h00 GMT, puis les dirigeants du Mouvement Cinq-Etoiles et enfin ceux du Parti démocrate (PD) de Bersani à partir de 18h30 (17h30 GMT).

Le président Napolitano a clairement fait savoir qu'il ne voulait pas que l'Italie retourne aux urnes dans l'immédiat, ne serait-ce que parce que le scrutin risque de déboucher sur une impasse similaire à celle de fin février, compte tenu des effets pervers d'une loi électorale très critiquée.

Certains souhaitent au contraire reprendre le chemin de l'isoloir, notamment l'alliance de droite autour de Berlusconi, qui compte surfer sur l'élan créé par l'ancien président du Conseil dans les dernières semaines de la campagne électorale.

"Nous n'avons pas peur de revoter", a déclaré Daniela Santanche, l'une des plus fidèles alliées de Berlusconi, au quotidien La Repubblica. "Les sondages nous disent que nous devrions gagner et que le PD perdrait 150 députés."

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.