1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réunionnais de la Creuse : les dessous d'un scandale d'État
Le Point19/02/2014 à 16:38

Michel Debré a été à l'origine du transfert de plus de 1 600 enfants réunionnais vers la métropole, de 1963 à 1981.

Cela a duré dix-huit ans. De 1963 à 1981, sous l'impulsion de Miche Debré, est organisé le transfert - certains diront la "déportation" - de plus de 1 600 enfants réunionnais vers la métropole. Des gamins déracinés, souvent considérés abusivement comme pupilles de l'État, et envoyés en Creuse ou dans le Cantal pour repeupler les campagnes victimes de l'exode rural. En 2002, l'un d'eux, Jean-Jacques Martial, dépose une plainte pour "enlèvement et séquestration de mineurs, rafle et déportation". Sans suite. À cette occasion, cependant, l'affaire dite des "Réunionnais de la Creuse" se réveille. Mardi, l'Assemblée nationale a pour la première fois voté une résolution où elle "demande à ce que la connaissance historique de cette affaire soit approfondie et diffusée", "considère que l'État a manqué à sa responsabilité morale envers ces pupilles" et "demande à ce que tout soit mis en oeuvre pour permettre aux ex-pupilles de reconstituer leur histoire personnelle". Le sociologue Philippe Vitale de l'université d'Aix-Marseille, coauteur de Tristes Tropiques de la Creuse, livre de référence sur la question, éclaire ce pan méconnu de l'histoire. Le Point.fr : Dans quel contexte ce transfert d'enfants s'organise-t-il ? Philippe Vitale : La départementalisation de La Réunion a eu lieu en 1946. L'île est à l'époque dans un état catastrophique sur le plan sanitaire, social, du point de vue des structures...

Lire la suite sur Le Point.fr

91 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Gary.83
    20 février14:31

    au 1er tour on se fait plaisir ...allez un bon coup de pied dans l'establishment men ment ment !!!

    Signaler un abus

  • frk987
    20 février11:28

    Ben c'est facile, on les renvoie à la Réunion et l'affaire est close. Au fait seraient-ils d'accord ????????????????

    Signaler un abus

  • revoltai
    20 février10:04

    Vous vous demandez si on vous prend pour des cons ? Regardez cette vidéo >>>>>> http://www.youtube.com/watch?v=1pJcPGzKz8I&feature=youtu.be

    Signaler un abus

  • M3435004
    19 février17:19

    Et comme tout ceux qui n'y comprennent rien vous ne trouvez rien de mieux pour justifier l'injustifiable que d'accuser les autres d'avoir des intentions xénophobes, racistes, homophobes, etc.. De cette gôche là le pays ne veut pas.

    Signaler un abus

  • M8603854
    19 février15:09

    moi, j'avais compris que c'était au nom de la sacro-sainte famille que Leonarda ne devait pas rester seule en France. Merci de me préciser que c'était juste de la xénophobie ordinaire!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer