1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Retour de Sarkozy : l'exécutif en retrait, le PS minimise

Le Parisien22/09/2014 à 11:29

Retour de Sarkozy : l'exécutif en retrait, le PS minimise

Tout occupé à accueillir ses visiteurs à l'Elysée pour les Journées du patrimoine, François Hollande a copieusement ignoré l'intervention de son prédécesseur au journal de 20 heures de France 2, dimanche, croyait savoir Europe 1 lundi. Idem pour Manuel Valls qui s'est envolé dimanche soir pour Berlin pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel. Il est donc revenu au premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le soin de débriefer, lundi, la prestation de Nicolas Sarkozy, dont il a pointé la «rancune au coeur».

Rare représentant du gouvernement à réagir à l'interview de l'ancien chef de l'Etat, Jean-Marie Le Guen a résumé la position de François Hollande lundi, sur Europe 1 : «Le rôle du président dans cette affaire, c'est de présider notre pays, il n'est pas candidat». Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui a d'abord «besoin de débattre avec ses challengers». La ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, avait estimé dimanche sur France 3 que Nicolas Sarkozy, lui-même, «ne se mettait pas dans la peau d'un ancien Président de la république, essayant de rassembler».

Manuel Valls était déjà apparu très détaché, samedi, en marge de la visite du réservoir de Montsouris à Paris, assurant que le retour de Sarkozy ne changeait «rien» et qu'il ne devait pas, en tant que Premier ministre, «être préoccupé par ce types d'affaires sur la vie du parti d'opposition».

Cambadélis veut débattre avec lui

Dès avant l'intervention, l'entourage de François Hollande présentait dans le «Journal du dimanche» Nicolas Sarkozy comme «le président d'hier» et un «chef de parti», «l'alter ego de (Jean-Christophe) Cambadélis». Lequel a exprimé lundi, sur RTL, son envie de débattre avec celui qu'il accuse de brûler les étapes : Nicolas Sarkozy est «candidat à la présidence de l'UMP depuis 48 heures et il est déjà dans la présidentielle». Son retour ? «Un petit billet sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    22 septembre13:17

    fk987, j'aime votre humour...

    Signaler un abus

  • frk987
    22 septembre09:58

    Fera date, la rue du cirque comme Félix Faure..................qui avait perdu sa connaissance.

    Signaler un abus

  • janaliz
    22 septembre09:44

    Quand on se dit président socialiste on n'a pas tout compris. Ces postures de sots n'intéressent plus personne. Sarkosy ou un autre je m'en moque, quoique je préfère LEMAIRE, mais tout sauf le triste héros de la rue du cirque.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer