Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

REPORTAGE-Madama, "place forte" de Barkhane près de la Libye

Reuters01/01/2015 à 23:21

* Base avancée française en construction au Niger * Défi logistique et climatique * Première opération tripartite menée fin décembre par Marine Pennetier MADAMA, Niger, 1er janvier (Reuters) - "Ici, c'est un 'mandat zéro'... Quand on est arrivé sur Madama, il n'y avait quasiment rien, que du sable et du vent", se rappelle Jean-Baptiste, un logisticien de l'armée de terre française. Il faut une dizaine de jours de route de Niamey, la capitale du Niger, ou deux heures et demie de vol de N'Djamena, la capitale tchadienne, pour rejoindre cette base militaire française située en plein désert et ouverte à tous les vents, qui peuvent souffler jusqu'à 120km/h. Cette base en construction dans l'extrême nord du Niger fait partie de l'opération Barkhane menée depuis août dans cinq pays de la bande sahélo-saharienne, avec pour objectif la traque des djihadistes qui circulent librement dans la région au gré des frontières poreuses. "Très clairement, on est perdu au milieu du désert mais notre intérêt c'est de se prépositionner aux carrefours (des itinéraires empruntés par les djihadistes NDLR) et c'en est un" souligne le capitaine Raoul. "Il y a énormément de caravanes qui dans le temps passaient par là, ce sont des routes traditionnelles qui sont encore utilisées aujourd'hui", ajoute-t-il. "On en a une qui vient de Libye et qui descend vers le Niger (via la passe de Salvador), une à 300, 400 km d'ici qui va sur les zones de transit entre l'Algérie, la Libye et le Mali". Ces itinéraires sont empruntés fréquemment par des groupes djihadistes cherchant notamment à s'approvisionner en armes et par des trafiquants en tout genre, souligne-t-on à Madama, où s'est rendu jeudi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. A l'heure où plusieurs pays africains de la région appellent la communauté internationale à agir face au "sanctuaire terroriste" qui se développe dans le Sud libyen, la base, située à seulement une centaine de kilomètres de la frontière, constitue un point stratégique. Entamée en novembre, la construction de la base, dans laquelle sont déployés actuellement quelque 200 soldats français, devrait être achevée au printemps. DÉFI LOGISTIQUE A l'heure actuelle, les soldats sont logés dans des tentes situées non loin de plusieurs engins de chantiers prêts à intervenir pour terminer la piste d'atterrissage. Car à leur arrivée les forces françaises ont découvert, outre "un paysage lunaire", une piste dégradée et insuffisante pour accueillir des avions de transport tactique. En quelques semaines, la piste de 800 mètres a donc été rallongée de 500 mètres supplémentaires. Elle devrait atteindre 1.800 mètres à la fin des travaux. "Ici il n'y a rien, donc c'est un vrai défi logistique. Pour la mise en place du matériel, nos véhicules ont fait un peu plus de 2.000 km de désert", indique le capitaine Raoul. "Tout est à faire", renchérit le sergent-chef Grégory, du 25e régiment du génie de l'air d'Istres. "On arrive, on n'a pas de matériau, il faut le trouver, il faut également de l'eau, donc c'est un challenge". Les soldats français, dont certains sont habitués à opérer dans des théâtres sahéliens, doivent composer avec l'harmattan, qui provoque des tempêtes de sable déréglant les machines et ne laissant pas indemnes les hélicoptères. "Ils en pâtissent au niveau des moteurs, des structures, des pales, avec beaucoup d'érosion notamment, ce qui explique des performances qui se réduisent au fur et à mesure", explique le sergent-chef Harry. "C'est une surveillance de tous les instants, l'objectif c'est de maintenir une machine en parfait état pour partir à n'importe quel moment en cas de mission", ajoute-t-il. Du fort de Madama, qui jouxte les tentes des soldats français et où sont basés 80 militaires nigériens, l'horizon s'ouvre au nord sur les montagnes libyennes par lesquelles transitent marchandises légales comme illégales. Dans le cadre de la lutte contre le trafic illicite dans la région, une opération tripartite a été menée fin décembre par des unités françaises, tchadiennes et nigériennes, une première depuis le début de Barkhane. "On s'est placé sur les itinéraires des trafiquants avec du renseignement et la connaissance du terrain qu'avaient les Nigériens. Résultat en une semaine: deux tonnes de drogue interceptées ainsi que de l'armement, et quelques trafiquants capturés", indique le capitaine Raoul. (Edité par Guy Kerivel)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.