Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

ATOS

110.20EUR
-0.94% 
Ouverture théorique 110.20
indice de référence CAC 40

FR0000051732 ATO

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    112.70

  • clôture veille

    111.25

  • + haut

    112.70

  • + bas

    110.10

  • volume

    394 316

  • valorisation

    11 620 MEUR

  • capital échangé

    0.37%

  • dernier échange

    26.04.18 / 17:35:25

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    103.60

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    116.80

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter ATOS à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ATOS à mes listes

    Fermer

REPORTAGE-En France, vers un climat plus si tempéré que ça

Reuters26/11/2015 à 11:41
    * Une accélération de la montée des températures et des mers 
    * Des risques de submersion des zones côtières accrus 
 
    par Emmanuel Jarry 
    TOULOUSE, 26 novembre (Reuters) - Dans la salle de 1.000 m2 
où le système de refroidissement d'un des supercalculateurs de 
Météo France vrombit, au coeur de la Météopole de Toulouse, 
toute la mémoire climatique de la France repose sous forme 
numérique dans des baies de stockage. 
    Un patrimoine si précieux que des copies de sauvegarde sont 
conservées ailleurs. Disposer de séries d'observations fiables 
sur 100 ou même 150 ans est indispensable pour comprendre 
l'évolution du climat et "caler" les modèles de simulation 
utilisés par les chercheurs de Météo France. 
    Ce centre est un des 23 organismes de recherche de ce type 
qui participent aux travaux du Groupe intergouvernemental 
d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), dont les résultats 
alarmants sont au coeur des enjeux de la conférence de Paris sur 
le réchauffement climatique.  ID:nL8N13J3O9  et  ID:nL8N13J1BF  
    La puissance de calcul de "Beaufix", le supercalculateur 
Bull  ATOS.PA  de la Météopole, et de son jumeau "Prolix", 
installé sur un autre site des environs de Toulouse, sera 
triplée en 2016 pour des simulations plus précises. 
    Météo France consacre 15% de ses moyens de calcul à la 
recherche climatique. Et les données passées, archivées à 
Toulouse confirment, que la France n'est pas épargnée par le 
réchauffement de la planète. 
    Ainsi, la température a augmenté en moyenne de 0,7°C pendant 
le XXe siècle dans le nord-est de la France et de plus de 1,1°C 
sans le sud-ouest. L'année 2014 a été la plus chaude depuis le 
début du XXe siècle, avec un écart de +1,9°C par rapport à la 
moyenne de la période 1961-1990. 
    Pendant la période 1950-2000, le nombre de journées pendant 
lesquelles la température dépasse 25°C a augmenté tous les dix 
ans de quatre jours à Paris et de plus de cinq jours à Toulouse. 
    "Les changements du climat sont très difficiles à percevoir 
mais, en regardant les statistiques, on s'aperçoit qu'il y a eu 
des périodes de basculement et d'accélération en France dans les 
années 1980", explique Serge Planton, chef du département de 
recherche sur le climat de Météo France, collaborateur du GIEC. 
     
    LA MER CONTINUERA À MONTER 
    "On découvre que l'intensité des pluies et la durée des 
sécheresses ont augmenté sur les 15 dernières années", 
poursuit-il. "Il y a une accélération de la fonte des glaciers à 
partir des années 1980. On a une augmentation très nette du 
nombre de vagues de chaleur et, depuis les années 1960, une 
diminution d'un mois de la période d'enneigement." 
    Dans l'agriculture, le réchauffement du climat a surtout eu 
pour effet jusqu'ici en France l'avancement de la date des 
récoltes et des semis de plusieurs semaines et la survie de 
vecteurs de maladie en raison des hivers plus doux. 
    La chenille processionnaire du pin, très allergène, qui ne 
se trouvait qu'au sud de la Loire jusque dans les années 1970, 
est désormais aux portes de Paris.  
    Les conséquences du réchauffement global de la planète se 
font également sentir sur les côtes françaises, note le Bureau 
de recherches géologiques et minières (BRGM). 
    "On constate actuellement une accélération de l'augmentation 
du niveau de la mer due au changement climatique", dit le BRGM 
dans un rapport. "Alors qu'il montait au XXe siècle au rythme de 
1,7 mm par an, le niveau augmente désormais de 3,2 mm par an." 
    Le relèvement du niveau de la mer d'une vingtaine de 
centimètres depuis 1870 se traduit déjà par un risque accru 
d'érosion des côtes et de submersions temporaires. 
    Or, même si l'humanité parvenait à contenir le réchauffement 
de la planète sous la barre des 2°C à la fin de ce siècle, la 
fonte des glaces et la montée du niveau des mers se poursuivra 
bien au-delà de 2100, avec un risque accru de submersion des 
zones côtières en cas de tempête de type Xynthia (février 2010). 
    "Les plans de prévention des risques prennent déjà en compte 
l'élévation inévitable du niveau de la mer", souligne Goneri Le 
Cozannet, ingénieur du BRGM.  
    Mais au-delà d'un réchauffement de 2°C, l'adaptation aux 
effets du réchauffement climatique sera de plus en plus 
difficile, avec notamment le risque de voir la canicule de 2003, 
cause d'une surmortalité estimée à 15.000 personnes et d'une 
forte baisse des rendements agricoles, devenir la norme.     
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Valeurs associées

-0.94%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.