Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

REPORTAGE-Dans Mossoul-Ouest, face aux obus et tirs de snipers

Reuters10/03/2017 à 13:34
    par John Davison 
    MOSSOUL, Irak, 10 mars (Reuters) - Les obus de mortier et 
les tireurs embusqués sont les plus grands dangers rencontrés 
par les forces gouvernementales irakiennes engagées dans la 
bataille de reconquête de Mossoul-Ouest. 
    Et ils ralentissent considérablement leur progression pour 
chasser les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) de la 
grande ville du nord de l'Irak, leur dernière place forte dans 
le pays. 
    "Ça a été un peu difficile ces derniers temps", reconnaît 
Ali Sattar, un jeune membre de la Force de réaction rapide, 
unité d'élite dépendant du ministère de l'Intérieur. "Cela fait 
trois jours qu'on n'avance pas vraiment." 
    Le musée de la ville, repris en début de semaine, est tout 
près mais aller au-delà est risqué car des snipers de Daech sont 
postés dans les étages de l'Hôtel Assyria, à moins de 200 
mètres.  
    En dépit des difficultés, les forces gouvernementales disent 
pouvoir chasser les derniers combattants de l'EI de 
Mossoul-Ouest dans un délai d'un mois.  
    Elles ont entamé leur offensive sur la rive ouest du Tigre 
le 19 février, après avoir repris en janvier la moitié est de 
Mossoul, ville que l'EI avait occupée en juin 2014. 
    Leur progression est rendue difficile, en plus des voitures 
piégées, par le fait que les djihadistes, qui seraient encore 
6.000, se mêlent à la population civile. 
    Après la reprise du gouvernorat de la province de Ninive, 
mardi, bâtiment aujourd'hui en ruines, la ligne de front n'a 
guère bougé. 
    A cause notamment des obus de mortier. 
     
    AUCUN BILAN DES VICTIMES 
    Des blessés rencontrés jeudi dans un hôpital de campagne, 
dont s'occupent des médecins irakiens et des volontaires 
américains, témoignent de la violence des tirs. 
    Une dizaine d'obus sont tombés dans le secteur en une seule 
matinée. "Beaucoup de nos gars ont été touchés aujourd'hui dans 
la même zone", dit Jaafar Kareem, 23 ans, l'un des blessés. 
    Un éclat d'obus lui a transpercé le sternum. 
    "On a reçu ce matin une vingtaine de personnes, à 70% des 
civils, mais jusqu'à aujourd'hui il s'agissait plutôt de 
victimes militaires", explique Kathy Bequary, directrice de NYC 
Medics, l'organisation qui s'occupe du lieu, situé à quelques 
centaines de mètres en retrait de la ligne de front. 
    Beaucoup de blessures sont superficielles mais parfois il y 
a des morts. Comme l'autre jour, un soldat avec huit balles dans 
la poitrine. 
    L'armée irakienne ne communique pas de bilan des victimes de 
l'offensive sur Mossoul, entamée le 17 octobre dernier avec 
l'appui de forces d'une coalition sous commandement américain. 
    Aux alentours de l'ancien siège du gouvernorat, ce ne sont 
que destructions, bâtiments éventrés, épaves de voitures 
calcinées. Un commissariat de police a été dynamité par les 
hommes de Daech lors de leur retraite. 
    Juste à côté, une grande affiche, jaunie et poussiéreuse, 
évoque le Mossoul d'avant: "Iraqi Airways - Bureau des 
réservations de Mossoul".  
 
 (Gilles Trequesser pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.