Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

REPORTAGE-Cent cinquante chrétiens d'Irak arrivent en France

Reuters20/09/2014 à 12:06

par John Irish et Antony Paone ERBIL, Irak/PARIS, 20 septembre (Reuters) - Leurs valises renfermaient les souvenirs de vies qu'ils ont laissé derrière eux, au moins temporairement, en Irak : quelque 150 chrétiens et une poignée de Yazidis sont arrivés samedi matin en France, où ils viennent retrouver un peu de liberté. Dans la nuit chaude d'Erbil, au Kurdistan, femmes, enfants et hommes âgés, qui composaient l'essentiel des passagers, ont patienté jusqu'à 03h00 environ, avant d'embarquer à bord de l'A310 qui, vendredi, avait acheminé dix nouvelles tonnes d'aide humanitaire en Irak. Pris en charge par des militaires, accompagnés médicalement par deux réservistes de l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires, rattaché au ministère de la Santé, ils ont été accueillis un peu après 09h00 (07h00 GMT) à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. A leur départ, tous portaient le même message : l'Irak ne peut plus faire cohabiter chrétiens et musulmans. Shakeep, 46 ans, était il y a peu avocat au principal tribunal de Mossoul. Il emmène sa femme, sa mère, sa fille et son neveu à Tours, où vit son oncle. Chacun a eu droit à une seule valise. Ils ont quitté Mossoul il y a six semaines. "Il n'y a pas d'avenir en Irak. Il ne peut pas y avoir d'avenir entre musulmans et chrétiens. J'ai renoncé à ma vie, je suis partagé entre la tristesse et la joie. Mais avec Daesh (l'acronyme arabe pour l'Etat islamique, ndlr), on ne peut pas rentrer", dit Shakeep. Pour beaucoup, ce nouveau départ est aussi une plongée dans l'inconnu : peu parlent français, la plupart n'avaient jamais pris l'avion, encore moins pour aller en Occident. "C'est comment ? C'est sûr ? Au moins, il n'y a pas de bombes au moins", s'enquiert Shakeep. De nombreux dirigeants politiques ou d'associations ont accentué ces derniers mois la pression sur le gouvernement afin qu'il accueille davantage de réfugiés chrétiens du Moyen-Orient. Les 150 Irakiens arrivés samedi rejoignent la centaine qui ont trouvé refuge en France depuis le début de l'offensive djihadiste de "l'Etat islamique" en juin dernier. Une quarantaine d'entre eux, de confession chrétienne, sont arrivés du nord de l'Irak fin août, à Paris, après avoir attesté qu'ils avaient des attaches familiales sur place ou assez de ressources pour vivre en France. Une soixantaine d'autres sont venus par leurs propres moyens. "ÇA NE MARCHE PAS EN IRAK" Lors de sa visite à Erbil, il y a une semaine, François Hollande avait rappelé que l'objectif de la France était d'aider les chrétiens à "rentrer chez eux" mais qu'elle pourrait recevoir "les cas les plus douloureux". Selon l'Association française d'entraide aux minorités d'Orient (AEMO), quelque 10.000 chrétiens irakiens ont déposé une demande d'asile auprès du consulat à Erbil depuis juin dernier. Des responsables français soulignent qu'en accueillant trop de réfugiés, les Occidentaux offriraient aux djihadistes qui veulent éliminer d'Irak tous ceux qui contestent leur vision rigoriste de l'Islam, un succès symbolique. Mais pour beaucoup de chrétiens irakiens, la menace est devenue trop grande ces trois derniers mois. Ils ne veulent plus être exposés aux violences quotidiennes dans un pays déchiré par les divergences ethniques et religieuses. Sami, 28 ans, déroule ainsi une histoire compliquée. Sunnite de Falloudja, il a quitté Bagdad il y a dix ans, à la chute de Saddam Hussein, avec son épouse, chrétienne. "Je suis musulman et elle est chrétienne. Ça ne marche pas en Irak. Je vois ça comme une chance de commencer une nouvelle vie", dit-il. "J'ai eu de la chance de monter dans cet avion", ajoute celui qui, contrairement à la plupart des 150 réfugiés, n'a pas d'attache en France. Behnam, médecin de 27 ans, et Sarah, future professeur d'anglais de 19 ans, sont de ceux, parmi des milliers, qui ont tout abandonné à Karakosh, que les djihadistes sont arrivés. "On a un sac, c'est tout. Dès que la bataille a commencé, on a pris peur. Je ne pense pas qu'on puisse jamais rentrer. On ne peut pas vivre là personne n'a confiance en personne", dit Behnam, qui sentait déjà l'hostilité des sunnites avant même l'explosion de violences. 1,2 MILLION DE DÉPLACÉS La population chrétienne d'Irak est passé d'environ un million de personnes avant la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 à 400.000 en juillet dernier. Aux chrétiens réfugiés samedi en France se sont joints des Yazidis, des Kurdes dont la religion s'inspire du zoroastrisme et que les activistes de l'organisation baptisée Etat islamique ont massacré en masse en août dans les montagnes du Sinjar. Si aucune des minorités victimes des islamistes n'est exclue du dispositif humanitaire, les chrétiens sont les plus concernés parce que les plus nombreux à être menacés en Irak. On estime à 200.000 le nombre de chrétiens qui ont fui leurs maisons dans la province septentrionale de Ninive après les passages dévastateurs des islamistes qui leur ont donné comme choix de se convertir, de payer pour poursuivre leur culte, ou de mourir. Beaucoup se sont réfugiés au Kurdistan, plus au nord, où la plupart vivent dans des conditions précaires, dans des camps ou des écoles réaménagées. Selon le Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR), on compte aujourd'hui 1,2 million d'Irakiens déplacés. La France s'est jointe à l'offensive internationale contre l'organisation radicale sunnite issue d'Al Qaïda et a effectué vendredi matin une première frappe aérienne. ID:nL6N0RK2EI Mais elle est surtout à l'initiative de l'assistance humanitaire européenne aux minorités persécutées. Les dix tonnes d'aide acheminées vendredi s'ajoutent aux 77 déjà livrées depuis le 10 août, date d'une visite de Laurent Fabius, dans la région d'Erbil. Cette nouvelle cargaison comprend plusieurs tonnes de couvertures, de jerricanes et de tentes afin de pouvoir affronter l'hiver qui approche, précisait-on au Quai d'Orsay. (Avec Marine Pennetier, Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.