Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Report de la hausse de la TVA: pas de décision prise, dit Tokyo

Reuters12/11/2014 à 06:02

(actualisé avec démenti gouvernemental sur la TVA) TOKYO, 12 novembre (Reuters) - Le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a démenti mercredi l'information du journal Sankei d'après lequel le Premier ministre Shinzo Abe avait décidé d'ores et déjà de reporter d'un an et demi la prochaine augmentation du taux de la TVA - prévue pour octobre 2015. Il a réaffirmé que la décision sur une nouvelle augmentation de la TVA serait prise seulement lorsque le gouvernement aurait pris connaissance des statistiques sur le PIB nippon au troisième trimestre, qui seront connues lundi prochain. Sankei écrit d'autre part mercredi que Shinzo Abe a l'intention de convoquer des élections législatives anticipées en décembre. A cela, le secrétaire général du gouvernement s'est borné à répondre qu'il incombait au Premier ministre de décider s'il comptait dissoudre le parlement et convoquer un nouveau scrutin. Abe avait dit mardi ne pas avoir décidé du calendrier des futures élections. Mais selon le quotidien conservateur, qui cite des responsables du gouvernement et de la coalition, il va reporter d'un an et demi, soit à avril 2017, la hausse de la TVA car les chiffres du PIB pour le troisième trimestre devraient être médiocres, et il convoquera alors des élections à la chambre basse dans la foulée. Les principaux partis politiques se préparent d'ores et déjà à un possible scrutin anticipé. Pour les chefs de file de l'opposition, reporter la hausse de la TVA serait la preuve de l'échec de la politique économique du Premier ministre, appelée "Abenomics". Ce serait quoi qu'il en soit la plus forte inflexion de sa politique économique depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2012. "Il est certain que les vents ont commencé à souffler en faveur d'une dissolution de la chambre basse", a dit à la presse un haut responsable du Parti libéral-démocrate (PLD, au pouvoir), Toshihiro Nikai. HAUSSE DE 8% A 10% Si le calendrier électoral n'est pas chamboulé, les prochaines législatives n'auront lieu qu'en 2016. Pour certains politologues, cependant, Shinzo Abe, dont la cote de popularité est assez élevée quoique en baisse, pourrait chercher à s'assurer d'avoir un nouveau mandat complet avant de prendre, l'an prochain, des mesures impopulaires. Ces mesures concerneraient par exemple la relance de certains des réacteurs nucléaires à l'arrêt, ou l'adoption de lois autorisant des troupes japonaises à participer à des missions de combat à l'étranger, ce qui serait une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mardi, le journal Yomiuri écrivait déjà que Shinzo Abe pourrait dissoudre la chambre basse du parlement dès la semaine prochaine et convoquer des législatives anticipées le mois prochain, en retenant vraisemblablement comme date le 14 décembre. Pour un responsable du PLD, cette date est celle qui paraît convenir le mieux. Elle correspondrait presque jour pour jour avec le deuxième anniversaire de la victoire d'Abe aux législatives de décembre 2012. Un responsable gouvernemental proche du cabinet du Premier ministre avait déclaré à Reuters mardi que Shinzo Abe allait vraisemblablement remettre à plus tard la nouvelle hausse de la TVA, qui interviendra dans la foulée de celle d'avril dernier à la faveur de laquelle le taux était passé de 5% à 8%. La nouvelle hausse prévue vise à relever le taux de 8% à 10%. La hausse d'avril dernier a provoqué au deuxième trimestre la plus forte contraction qu'ait connue l'économie nippone depuis la crise financière mondiale de 2008-2009. Le Premier ministre a déclaré qu'il déciderait de procéder ou non à la prochaine hausse au vu des résultats du PIB du troisième trimestre. Lorsque les chiffres seront tombés, Shinzo Abe aura un entretien avec Natsuo Yamaguchi, chef du Komeito, petit partenaire de la coalition gouvernementale, pour parler du calendrier électoral, écrit le journal Sankei. (William Mallard et Kaori Kaneko; Eric Faye pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.