Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Renzi met en garde l'Union européenne sur la crise des migrants

Reuters14/06/2015 à 12:36

par James Mackenzie ROME, 14 juin (Reuters) - Le président du Conseil italien, Matteo Renzi, a réclamé dimanche une modification des règles du droit d'asile en Europe alors que la France et l'Autriche ont renforcé leurs contrôles aux frontières, avec pour effet de bloquer des centaines de migrants dans le nord de l'Italie, à Vintimille ou dans la région de Bolzano. Dans une interview accordée au Corriere della Sera, le chef du gouvernement italien estime que la communauté internationale, après avoir contribué au renversement de Mouammar Kadhafi en 2011, porte une part de responsabilité dans le chaos qui s'est installé en Libye et facilite les réseaux de passeurs. Renzi veut notamment changer le règlement européen de Dublin qui contraint les migrants à faire leur demande d'asile dans le premier pays d'entrée lorsqu'ils arrivent sur le territoire de l'Union européenne. Il précise qu'il en discutera avec le Premier ministre britannique David Cameron et François Hollande, tous deux attendus cette semaine en Italie. Le président français doit se rendre dimanche prochain à Milan pour l'inauguration du pavillon français de l'Exposition universelle. "Si le Conseil européen choisit la solidarité, tant mieux. Sinon, nous avons préparé un plan B mais qui serait une blessure pour l'Europe", dit-il sans donner de détails dans le Corriere della Sera. "Nous voulons travailler jusqu'au dernier moment à une réponse européenne", ajoute-t-il. Rome reproche de longue date à ses partenaires européens de tourner le dos à leurs responsabilités et de laisser les pays de la façade méditerranéenne, à commencer par l'Italie et la Grèce, faire face seuls à l'urgence des arrivées de migrants. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a dénoncé vendredi l'"hypocrisie invraisemblable" de certains Etats membres qui ont exprimé des réserves, voire une franche hostilité, à son plan de répartition d'accueil des migrants. (voir ID:nL5N0YY0PE ) Le projet, qui vise à répartir entre les pays de l'Union 40.000 migrants aujourd'hui accueillis par l'Italie et la Grèce afin de soulager Rome et Athènes, a été fraîchement accueilli, notamment par la France et l'Allemagne qui ont posé leurs conditions. (voir ID:nL5N0YN21F ) "JE FAIS APPLIQUER LA RÈGLE DU JEU" Les autorités françaises ont indiqué la semaine passée que le nombre de migrants en situation irrégulière interpellée dans les Alpes-Maritimes, à la frontière avec l'Italie, était en nette augmentation, de même que les procédures de "réadmission en Italie". "Je fais appliquer la règle du jeu en vigueur au sein de l'Union européenne. Toute personne en situation irrégulière qui vient d'un pays voisin doit être réadmise dans ce pays, en l'occurrence ici l'Italie", a souligné le préfet des Alpes-Maritimes, Adolphe Colrat. (voir ID:nL5N0YY2T7 ) L'Autriche, également frontalière de l'Italie, a pour sa part annoncé samedi qu'elle cessait d'examiner les demandes d'asile afin d'inciter les autres pays membres de l'Union européenne à faire plus d'efforts pour accueillir les vagues de réfugiés qui accèdent à l'Europe. (voir ID:nL5N0YZ05M ) Au cours des cinq premiers mois de l'année, 46.500 migrants sont arrivés en Italie par la mer, soit 12% de plus que l'an dernier sur la même période, selon l'agence de l'Onu pour les réfugiés. Une réunion des ministres européens de l'Intérieur est prévue lundi et mardi à Bruxelles. Sur le plan intérieur, la question des migrants est aussi une question brûlante pour le gouvernement Renzi après la percée réalisée par la Ligue du Nord, formation anti-immigration devenue le premier parti de la droite italienne lors des élections régionales et municipales du 31 mai. Les gouverneurs des régions prospères de Lombardie et de Vénétie, deux bastions de la Ligue du Nord, s'opposent aux transferts de réfugiés depuis les centres d'accueil saturés du sud de l'Italie. (Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.