1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rentrée scolaire : le grand chambardement ?
Le Point04/09/2017 à 09:10

Jean-Michel Blanquer dans un CP classé en réseau d'éducation prioritaire. 

C'est la rentrée des classes, son cortège de chiffres impressionnnants (+ de 12 millions d'élèves, 880 000 enseignants), ses traditionnelles nouveautés et ses non moins traditionnels grincements (ainsi des écoles seront-elles en grève dès aujourd'hui). En ligne de mire de la presse écrite, l'action du ministre de l'Éducation nationale, qui est très diversement appréciée. Les éditorialistes se divisent pour apprécier l'ampleur des changements lancés par Jean-Michel Blanquer : ajustements ou grand chambardement ? Certains louent sa prudence ou son retour au "bon sens". D'autres déplorent sa timidité. D'autres enfin dénoncent sa volonté de revenir en arrière. Revue de presse.

Dans L'Est républicain, Benoît Gaudibert rappelle les principales nouveautés qui agitent les préaux et les salles des maîtres en ce début septembre. Mais estime que le ministre est resté prudent : "Fébriles, l'estomac noué parfois, 12 millions d'élèves reprennent le chemin de leur établissement. Les uns auront cours pendant quatre jours, d'autres une demi-journée de plus. La réforme des rythmes scolaires est l'une des mesures clés de la première rentrée du président Macron, avec la limitation à douze élèves par classe dans les CP des quartiers les plus défavorisés (...) Pris par le temps, soucieux de ne pas multiplier les fronts, le gouvernement avance à pas de loup avec le milieu éducatif, a pris garde de ne pas renverser la table...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer