Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réindustrialisation: le Cese préconise la création d'un grand ministère de l'Industrie
AFP13/01/2021 à 15:00

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a proposé mercredi la mise en place d'une feuille de route pluriannuelle de l'industrie et d'un grand ministère de l'Industrie pour permettre à la France de réussir sa réindustrialisation.

Ces propositions figurent dans un avis publié par le Cese afin de définir les filières industrielles "stratégiques" sur lesquelles l'État doit le plus investir dans les prochaines années.

L'avis ne définit pas de filières précises, mais édicte un certain nombre d'objectifs (souveraineté, enjeu environnemental, montée en gamme technologique, compétences) et de critères (créations d'emplois, modernisation de l'appareil productif, dépendance aux importations de ressources naturelles, etc.) devant guider le gouvernement pour faire son choix.

"La crise sanitaire a mis en avant les sujets d'indépendance, de souveraineté, de maîtrise et donc de filières stratégiques. Ces dernières ont été définies à plusieurs reprises, mais (...) la période actuelle doit être une opportunité pour repenser la transformation de notre appareil de production", indique le Cese.

Pour inverser la tendance à la désindustrialisation du pays, qui s'est notamment traduite par la suppression de 2 millions d'emplois industriels entre 1970 et 2016, les gouvernements successifs ont déjà mis en oeuvre plusieurs chantiers ces dix dernières années.

L'avis revient notamment sur la création des comités stratégiques de filières, le renforcement de la protection des secteurs stratégiques vis-à-vis des appétits étrangers, les baisses de charges accordées aux entreprises, ou encore le plan de relance de 100 milliards d'euros décidé pour relancer l'économie face à la crise sanitaire.

Ce plan est "insuffisant" pour soutenir les filières industrielles d'avenir, et sa gouvernance "pose question", juge toutefois le Cese.

Selon lui, il faudrait aller plus loin en "orientant tout ou partie de la production (française) vers les biens et services essentiels (...) ou stratégiques pour son développement".

Il propose ainsi l'organisation d'"états généraux de l'industrie" pilotés par le Haut commissariat au Plan et le Cese, et impliquant également le Haut conseil pour le climat ou le Conseil national de l'industrie.

Cela permettrait de définir une "programmation pluriannuelle de l'industrie", sur le modèle de celle dédiée à la transition énergétique.

De même, le Cese préconise le retour d'un grand ministère de l'Industrie, qui ferait cohabiter enjeux économiques, sociaux et environnementaux.

Ce grand ministère participerait notamment à la gouvernance de l'Agence des participations de l'État (APE) qui aurait des nouvelles missions "de long terme pour la défense des intérêts stratégiques français".

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M898407
    14 janvier09:45

    Qui aura le courage de fermer cet organisme inutile, couteux et totalement dépassé ???

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer