1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Règle des 3% de déficit, «un débat d'un autre siècle» : pourquoi Macron a changé d'avis
Le Parisien07/11/2019 à 21:50

Règle des 3% de déficit, «un débat d'un autre siècle» : pourquoi Macron a changé d'avis

Oubliez le candidat à la présidentielle de 2017, qui avait fait de la rigueur budgétaire son mantra ? Fin 2019, Emmanuel Macron balaie ses vieilles certitudes concernant la règle sur le maintien du déficit public des pays de la zone euro sous la barre des 3 % de la richesse produite (le fameux PIB). Dans une interview fleuve accordée à l'hebdomadaire anglais The Economist, et publiée ce jeudi, le chef de l'Etat a en effet estimé que les fameux 3 % relevaient d'un « débat d'un autre siècle ».« Nous avons besoin de plus d'expansionnisme, de plus d'investissement. [...] L'Europe ne peut pas être la seule zone à ne pas le faire », estime le président en faisant clairement allusion aux investissements massifs des Chinois et des Américains.Pourquoi cette déclaration, publiée dans un journal destiné aux élites internationales, est-elle explosive ? Parce qu'elle remet en cause l'orthodoxie financière de l'Union européenne. LIRE AUSSI > L'incroyable histoire de l'invention de la règle des 3%En 1992, lors du traité de Maastricht, les pays de l'UE avaient en effet adopté des critères pour garantir l'équilibre budgétaire. Premier d'entre eux, véritable règle d'or : contenir le déficit de chaque Etat membre en dessous de 3 % de son PIB.«Une réforme macroéconomique de la zone euro»Ni une ni deux, ces déclarations ont donc provoqué de vives réactions en France et en Europe. À la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort, on s'agace. Un responsable peste : « La France ne fait pas partie des Etats qui ont de la marge, elle s'est déjà lâchée avec les 10 milliards d'euros de réformes en faveur des Gilets jaunes ! » Sous-entendu : le chef de l'Etat français aurait mieux fait de se taire. D'autant qu'avec un déficit à 3,1 % en 2019, la France est toujours officiellement en dehors des clous. Pour autant, elle prévoit un déficit à 2,2 % en 2020.Du côté de Bruxelles, on est moins ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    08 novembre09:01

    Suite/... et des Milliards d'économies à faire...et arrêtez de nous gonfler avec votre baratin primaire, de faire tjrs payer les autres, SAUF VOUS... et un très gd merci aux gilets jaunes et notamment ceux qui se sont fait estropier à vie... à honorer dans le marbre;-(((

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer