Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réfugiés-Bruxelles à la recherche d'un compromis sur les quotas

Reuters16/09/2015 à 22:55

(Mastic para 3) * La Commission prête à renoncer aux quotas obligatoires * Paris et Berlin moins favorisés par le nouveau système * Compromis possible sur le volet financier par Francesco Guarascio BRUXELLES, 16 septembre (Reuters) - Les autorités européennes sont prêtes à renoncer à l'idée d'un système obligatoire de répartition de 120.000 demandeurs d'asile en faveur d'un système de répartition sur la base du volontariat, solution favorisée par les pays de l'Est de l'Europe, apprend-on mercredi de source autorisée. Cette proposition est apparue après l'échec lundi de la réunion des ministres de l'Intérieur de l'Union européenne (UE). Ils n'ont réussi à se mettre d'accord, à la simple majorité, que sur la nécessité de se répartir un total de 120.000 migrants supplémentaires, comme le souhaitait la Commission européenne, mais pas sur leur relocalisation pays par pays. "Le système obligatoire n'est plus une option", a déclaré un responsable de la Commission. "L'important est de conserver le chiffre de 120.000", a-t-il ajouté. Le nouveau plan de la Commission européenne ferait que la France et l'Allemagne se retrouveraient avec un nombre de réfugiés plus important que dans le cadre des quotas obligatoires. Les ministres de l'Intérieur de l'UE doivent à nouveau se réunir le 22 septembre. La chancelière allemande Angela Merkel souhaite, elle, un Conseil européen extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE. "Notre objectif est de préserver l'unité de l'Europe", a déclaré mercredi le commissaire européen aux Affaires intérieures Dimitris Avramopoulos à Bruxelles. La Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, la Roumanie et la Pologne sont les principaux opposants aux quotas obligatoires. Ces pays font valoir que ces quotas vont attirer encore plus de migrants vers l'Europe et que le poids du flux migratoire risque de perturber le bon fonctionnement de leurs sociétés. COMPROMIS La Hongrie est particulièrement opposée au système même si elle est susceptible d'en bénéficier, les quotas devant en principe lui permettre d'envoyer des demandeurs d'asile vers d'autres Etats européens. "Si la Hongrie ne peut pas participer, nous pouvons redistribuer les demandeurs d'asile (...)", a déclaré un responsable de la Commission. "Il n'y a assurément pas de pénurie de réfugiés en Europe pour le moment." Autre domaine où un compromis peut être trouvé : des sanctions financières pourraient être instaurées pour les pays qui ne veulent pas accueillir leur quotas de réfugiés. Le plan proposé à l'origine par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker prévoit des pénalités pouvant aller jusqu'à 0,002% du produit intérieur brut (PIB) du pays pour les pays qui ne souhaitent pas participer. Pour un pays comme la Pologne, l'amende représenterait moins de dix millions d'euros. Une proposition de l'Allemagne fait référence à une baisse des aides de l'UE se chiffrant en milliards de dollars. "Il doit y avoir un moyen terme entre la très faible sanction financière proposée par la Commission et la suspension des fonds européens suggérée par l'Allemagne", a déclaré un diplomate de l'UE. Si aucun accord n'est en vue à la réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur mardi prochain, le Luxembourg, qui assure la présidence tournante de l'UE, pourrait demander un vote pour obliger les pays à accepter les quotas. Un vote à la majorité, plutôt qu'à l'unanimité, "est possible d'un point de vue juridique, mais contre-productif sur le plan politique", estime un responsable de l'UE. "En outre, nous ne pouvons envoyer les demandeurs d'asile dans un endroit où ils ne sont pas les bienvenus." (Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.