1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme pénale : la droite hurle au «laxisme», les syndicats policiers partagés
Le Parisien31/08/2013 à 00:31

Réforme pénale : la droite hurle au «laxisme», les syndicats policiers partagés

La « politique de l'affichage et du laxisme est terminée » a assuré vendredi matin Jean-Marc Ayrault en détaillant la réforme pénale du gouvernement. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'opposition n'est pas de cet avis. Inspirée par les idées «dangereuses» de Christiane Taubira, selon le député UMP Eric Ciotti, cette réforme, qui prévoit notamment la suppression des peines planchers et la création d'une nouvelle peine sans prison, sera interprétée «comme un signal de faiblesse par les délinquants», estime Jean-François Copé. Les syndicats policiers sont également furieux.

Ciotti (UMP) : «Les conséquences vont être tragiques»

Aussitôt l'annonce de la nouvelle peine «hors prison» faite par le président de la République, le député UMP des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a critiqué ce choix vendredi matin dans un tweet. Avant d'enchaîner sur France Info et sur France 2, une fois la réforme détaillée par Jean-Marc Ayrault. Selon lui, «les conséquences vont être tragiques». Et ce proche de François Fillon d'annoncer «10 à 20 00 détenus (...) demain en liberté».Arbitrage Hollande Valls totalement désavoué au profit des idées dangereuses de Taubira? Eric Ciotti (@ECiotti) August 30, 2013

Jean-François Copé, président de l'UMP, estime lui que la réforme pénale privilégie «le laxisme plutôt que la fermeté envers les délinquants». Selon le patron de l'UMP, la suppression des peines planchers sera interprétée «comme un signal de faiblesse par les délinquants». «La défiance des socialistes envers la prison est idéologique (...). Il faut adapter le nombre de places de prison à notre politique pénale et non l'inverse !», a martelé le maire de Meaux (Seine-et-Marne).

L'ancien Premier ministre, François Fillon, a pour sa part accusé François Hollande et Christiane Taubira d'avoir choisi «le désarmement pénal» parce qu'ils sont «aveuglés par leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    30 août23:37

    les syndicats policiers partagés???...Les syndicats peut-être?...MAIS PAS LES POLICIERS NI LE PEUPLE !...ASSEZ de lois infâmes, la dernière sur les homos était déjà de trop...Et n'oubliez pas, godi-llos du Parlement, que la police issue du Peuple, sera à nos côtés !...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer