1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réforme du rail en débat : les syndicats appellent à une grève « massive »

Le Monde17/04/2018 à 04:16

Gare de Lyon, à Paris, le 13 avril.

Le projet de loi passe en première lecture à l'Assemblée nationale mardi. Les syndicats appellent à la grève mercredi et jeudi.

De nouvelles garanties en vue de l'ouverture à la concurrence, moins d'ordonnances gouvernementales mais des points épineux restant à trancher : la semaine de débats à l'Assemblée nationale a permis de compléter la future réforme du rail. Le projet de loi « pour un nouveau pacte ferroviaire » est soumis mardi 17 avril en première lecture au vote solennel des députés.

La SNCF est actuellement composée de trois établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic) : SNCF (direction), SNCF Mobilités (trains) et SNCF Réseau (rails). Le texte prévoit de la transformer au 1er janvier 2020 en « société nationale à capitaux publics » plus intégrée, au capital « intégralement détenu par l'État ». Ces principes sont désormais posés en « dur » dans le projet de loi.

Objectifs de dette Des ordonnances dans un délai de 12 mois - et non plus 6 comme initialement - devront « fixer les conditions de création du groupe public constitué par la société nationale SNCF et ses filiales » et ses « conditions de fonctionnement », notamment sa gouvernance.

Concernant la dette de SNCF Réseau, qui atteignait 46,6 milliards d'euros fin 2017 et devrait dépasser les 62 mds en 2026, le projet de loi est muet. Mais Emmanuel Macron a confirmé dimanche qu'« à partir du 1er janvier 2020, l'Etat reprendra progressivement de la dette », largement héritée de la construction des lignes à grande vitesse.

La reprise sera « substantielle, parce qu'une entreprise ne peut pas la porter elle-même » et...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer