1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme du lycée : les maths, ce n'est plus obligatoire
Le Parisien28/02/2019 à 06:05

Réforme du lycée : les maths, ce n'est plus obligatoire

Elio n'a aucun doute. L'an prochain, il prendra la spécialité maths en première. Mais l'élève, en seconde au lycée Maurice-Ravel de Paris (XXe), fait un peu figure d'exception dans sa classe. S'il a déjà arrêté son choix, c'est parce que ses notes dans la matière l'y encouragent et qu'il sait déjà parfaitement ce qu'il veut faire après le bac. « J'ai 19 de moyenne », glisse l'ado qui se verrait bien en école d'ingénieur.Prendre ou ne pas prendre cette spécialité en première ? Pour d'autres, la question vire au casse-tête. Dans le cadre de la réforme du lycée, qui signe la disparition des filières traditionnelles, la discipline disparaît du tronc commun à la rentrée. « Il en reste une petite goutte, mais quasiment rien, distillée dans deux heures d'enseignement scientifique », souligne Alice Ernoult, présidente de l'Association des professeurs de mathématiques de l'enseignement public (APMEP). LIRE AUSSI > Mathématiques : «Le niveau a dégringolé», assure Cédric VillaniLes élèves peuvent en revanche désormais choisir la discipline comme spécialité parmi onze autres, en plus des enseignements du tronc commun (français, histoire-géo, enseignement moral et civique, scientifique...) Ils suivront alors quatre heures par semaine en première, puis six en terminale s'ils décident de continuer, voire neuf heures s'ils cochent, en plus, la case « mathématiques expertes ». « Mais là, ce sont trois heures d'option réservées à ceux qui ont vraiment envie d'approfondir ou de se faire plaisir », avertit un inspecteur général de l'Éducation nationale. Francesca, qui redouble sa seconde, en est bien loin. « Mes profs m'ont dit que mes résultats étaient un peu justes, parce que le niveau de la spécialité maths va être élevé, bien plus que dans les filières actuelles », se désole-t-elle. Une légende ? « C'est surtout pendant l'année du bac que le niveau ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer