1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme des retraites : les policiers aussi sont en colère
Le Parisien03/12/2019 à 09:50

Réforme des retraites : les policiers aussi sont en colère

Symboliquement, ils ont déposé leurs casques et leurs matraques pour protester contre le projet de réforme des retraites. Scène inhabituelle, ce lundi, une centaine de CRS a manifesté son mécontentement devant la caserne de Chevilly-Larue (Val-de-Marne), avant de respecter une minute de silence notamment pour les fonctionnaires qui se sont suicidés. Ils répondaient à l'appel de deux syndicats de gradés et de gardiens de la paix, Alliance et Unsa-police, qui réclament le maintien du régime spécifique dont bénéficient actuellement les policiers.Quelle sera l'attitude de la profession lors de la journée de mobilisation de jeudi ? « Nous sommes des gens responsables, explique Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d'Alliance. Le 5 décembre, le maintien de l'ordre sera effectué par nos collègues mais ensuite peut-être ne répondront-ils pas de la même façon. » LIRE AUSSI > 9 milliards d'euros, le vrai coût des régimes spéciauxLes organisations représentatives accentuent la pression sur leur hiérarchie à laquelle ils reprochent de ne pas avoir, selon eux, répondu aux revendications exprimées dans la rue par près de 27 000 policiers, le 2 octobre. Il était alors essentiellement question de moyens et de conditions de travail. Le mouvement de grogne s'exprime dès ce lundi soir. Le SGP FO (majoritaire chez les gradés et gardiens) appelle en effet à un mouvement national chez les « nuiteux », comme sont surnommés les policiers qui travaillent la nuit. Ceux qui suivront le mot d'ordre ne patrouilleront pas, ne répondant qu'aux appels d'urgence. « Les nuiteux sont les grands oubliés. Ils n'ont pas le matériel suffisant pour travailler », estime Philippe Boussion, secrétaire départemental Unité SGP Police FO dans le Maine-et-Loire, d'où ce « mouvement illimité » est parti. « C'est le ras-le-bol, j'étais en contact tout le week-end avec le ministre de l'Intérieur, mais on ne veut pas nous ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer