1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réforme des institutions : le pouvoir du Parlement est-il menacé ?

Le Parisien15/03/2018 à 19:01

Réforme des institutions : le pouvoir du Parlement est-il menacé ?

Rien n'est encore très clair mais les positions sont déjà tranchées. Preuve que la réforme des institutions, une des promesses phares du candidat Macron, qui sera au menu d'un conseil des ministres à la fin du mois d'avril, est de nature explosive. Diminution du nombre des parlementaires, limitation à trois mandats dans le temps, scrutin à la proportionnelle, raccourcissement de la procédure législative... De quoi bouleverser le fonctionnement de l'Assemblée et du Sénat et, par ricochet, la qualité, voire la nature du travail parlementaire, de la fabrication de la loi au contrôle de l'exécutif. Bref, tout l'équilibre des pouvoirs mis en place par la Ve République.L'enjeu est essentiel car les mesures de nature constitutionnelle nécessiteront l'accord des trois cinquièmes des députés, mais aussi des sénateurs, forteresse de l'opposition de droite. À défaut de cette majorité qualifiée, le chef de l'État devra passer par un référendum. Ce dernier cherche-t-il à « confisquer le pouvoir au profit du monarque et d'une dizaine de collaborateurs » ? comme le juge Guillaume Larrivé, député LR de l'Yonne. Ou, au contraire, selon Alain Richard, sénateur LREM du Val-d'Oise, « veut-il améliorer la qualité et l'ampleur du travail législatif » ? Le pouvoir du Parlement est-il menacé ?OUI, pour Guillaume Larrivé «L'Assemblée est attaquée au bazooka !» juge le député LR de l'Yonne./LP/OLIVIER CORSAN Pour vous, la réforme prévue par Emmanuel Macron va affaiblir le Parlement. C'est votre héritage gaulliste qui vous rend méfiant vis-à-vis de toute réforme de la Constitution ?Guillaume Larrivé. La France n'a pas attendu le règne d'Emmanuel Macron pour modifier la Constitution. Depuis 1958, il y a eu 24 révisions. Si je combats la vingt-cinquième, c'est parce que le président de la République affaiblit aujourd'hui la démocratie française. S'en prendre aux libertés du Parlement, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • serval02
    16 mars10:10

    Le peut-être est de trop pour le FN...Et vu la déliquescence de la CGT fachos d'extrême gauche le PC a du soucis a se faire...Mais c'est la vraie démocratie, le vote du peuple représenté et pas de la manipulation de vote d'apparatchiks.

    Signaler un abus

  • g.joly1
    15 mars20:41

    Nous sommes pour la proportionnelle. Il risque d'y avoir peut-être plus de députés fas cistes FN ou autres, bien que cela ne soit pas certain vu la déliquescence de cette entreprise familiale, mais c'est le prix à payer pour plus de démocratie.

    Signaler un abus

  • serval02
    15 mars19:36

    Un scrutin a la proportionnelle et on aura une vraie représentation du vote du peuple français...Les partis politiques qui ont plus de députés que de sympathisants vont surement crier à l'autoritarisme de peur de perdre leur précieuse gamelle financière....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer