1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réforme des institutions : le big bang est lancé
Le Parisien30/03/2018 à 19:14

Réforme des institutions : le big bang est lancé

C'est officiel. C'est la semaine prochaine qu'Édouard Philippe dévoilera les modalités de la réforme institutionnelle. Une réforme populaire destinée à répondre aux critiques - plus ou moins fondées - adressées par les Français aux parlementaires. Il aura fallu le discret rendez-vous qui s'est tenu, vendredi, à l'Elysée entre le chef de l'État, le président du Sénat Gérard Larcher et son homologue à l'Assemblée nationale, François de Rugy pour finaliser une promesse phare du candidat Macron. « L'agenda se clarifie », confirme-t-on au Palais Bourbon.Il y aura donc trois projets de lois, constitutionnel, organique et ordinaire. « C'était important pour nous d'avoir une visibilité sur la totalité du projet gouvernemental et de pouvoir ainsi nous déterminer politiquement », souligne-t-on au Sénat. Les textes seront soumis au Conseil d'État la semaine prochaine, avant d'être examinés lors d'un conseil des ministres de la fin avril. L'Assemblée nationale sera saisie à la mi-juin et le Sénat en juillet ou, au plus tard, à la rentrée parlementaire en septembre. « Avant la fin de l'été », glisse-t-on à Matignon. LIRE AUSSI > Les parlementaires vont travailler jusqu'en... aoûtLimitation du cumul des mandats, scrutin à la proportionnelle, diminution du nombre des parlementaires, procédure législative... Depuis des mois, la réforme donne lieu à un jeu politique fait de bras de fer affichés et de tractations en coulisses. Elle met en scène des sénateurs de l'opposition, inquiets de perdre leurs pouvoirs et des députés de la majorité, enthousiastes mais parfaitement encadrés.Par la voie d'un référendum ?À la manœuvre, un Premier ministre et un chef de l'Etat qui, avec méthode, tirent les ficelles d'une intrigue dont ils gardent le dénouement encore secret. Emmanuel Macron réussira-t-il à recueillir les votes des 3/5e des parlementaires - députés et sénateurs -- ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer