1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réforme de la zone euro : la Commission cherche à rassurer l'Allemagne

Le Point06/12/2017 à 18:55

Les propositions de la Commission pour réformer la zone euro seront discutées par les chefs d'État et de gouvernement, lors d'un sommet spécial à la mi-décembre à Bruxelles, également consacré au Brexit. (crédit : )

Prudence. C'est semble-t-il le maître mot qui a guidé la Commission européenne lors de la préparation de ses propositions pour améliorer, enfin, le fonctionnement de la zone euro. L'institution européenne, qui a détaillé sa vision ce mercredi, marche sur des ?ufs, afin de ne fâcher aucun État membre. Deux échéances sont identifiées : une première étape d'ici mi-2019 et une seconde, plus ambitieuse, à boucler d'ici 2025.

Concession à la France, Bruxelles propose la création d'un « fonds de stabilisation » destiné à aider ses États membres frappés par un choc économique. Mais cette avancée, qui va dans le sens d'Emmanuel Macron et est destinée à éviter une politique d'austérité excessive, reste très timide. « Les États membres devront en priorité utiliser leurs stabilisateurs automatiques nationaux et la politique budgétaire discrétionnaire, dans le respect du pacte de stabilité et de croissance », écrit la Commission. Autrement dit, le fonds de stabilisation ne peut venir qu'en second rideau. « Il ne doit pas conduire à des transferts permanents », souligne Bruxelles pour rassurer l'Allemagne. Pour s'en prémunir, les fonds seront conditionnés à l'application de « politiques économiques saines ». Exit, donc, la piste d'un fonds européen de soutien aux systèmes nationaux d'assurance chômage, un temps envisagé.

LIRE aussi Les 20 propositions ambitieuses de Macron...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer