Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réforme de l'UE-Cameron en tournée chez ses partenaires

Reuters28/05/2015 à 22:21

(Actualisé après les rencontres de Cameron aux Pays-Bas et en France) LONDRES/PARIS, 28 mai (Reuters) - Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré jeudi que les relations de son pays avec l'Union européenne n'étaient pas assez bonnes et a invité ses homologues européens à être "imaginatifs" pour mettre en oeuvre la réforme de l'UE qu'il souhaite voir avant un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE d'ici fin 2017. S'exprimant après une rencontre avec François Hollande à Paris au premier jour d'une tournée européenne pour tenter de convaincre ses partenaires, David Cameron a expliqué qu'il avait reçu pour mandat de répondre aux inquiétudes des électeurs britanniques vis-à-vis de l'UE. "Ma priorité est de réformer l'Union européenne pour la rendre plus compétitive et répondre aux inquiétudes de la population britannique en ce qui concerne notre adhésion", expliquant aux côtés du président français que le statu quo n'était pas une option. ID:nL5N0YJ5AP "Ce qui importe, c'est que l'Union européenne et ses 28 membres soient assez souples et imaginatifs pour répondre à ces enjeux", a déclaré le Premier ministre conservateur à la presse. Auparavant, David Cameron avait rencontré son homologue néerlandais Mark Rutte à La Haye. Il est attendu à Varsovie et Berlin vendredi pour des entretiens avec ses homologues polonaise, Ewa Kopacz et allemande, Angela Merkel. Fort de sa victoire aux élections législatives britanniques du 7 mai, il réclame notamment une modification des règles sur les prestations sociales, pour endiguer ce qu'il qualifie de "tourisme social" au Royaume-Uni. A Paris, le Premier ministre britannique a toutefois pris soin de ne pas réitérer devant le chef de l'Etat français sa demande d'une révision des traités, une ligne rouge à Paris comme à Berlin. PRAGMATIQUE François Hollande n'a pas non plus évoqué cette question sensible. Soulignant que la France souhaitait que le Royaume-Uni reste dans l'UE, il s'est montré disposé à négocier de façon pragmatique avec Londres. "David Cameron présentera ses propositions, nous les discuterons et nous verrons comment nous pouvons avancer pour que le peuple britannique puisse être consulté sur une base qui lui permette de faire le choix qui lui correspond", a-t-il dit. Auparavant, le secrétaire au Foreign Office, Philip Hammond, avait estimé que l'UE devait réformer ses traités fondateurs pour prendre en compte la volonté de réformes de Londres et convaincre les électeurs britanniques de ne pas quitter le bloc. "Si nos partenaires ne sont pas d'accord avec nous, ne travaillent pas avec nous pour élaborer ce plan (de réformes), alors nous ne pouvons rien exclure", a-t-il déclaré à la BBC. Son homologue français Laurent Fabius a jugé dangereuse la volonté d'organiser un référendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne au bloc communautaire. ID:nL5N0YJ19Z "Evidemment, la population britannique qui a été habituée à ce qu'on lui dise 'l'Europe c'est une mauvaise chose, l'Europe c'est une mauvaise chose', le jour où elle va être consultée, il y a un risque qu'elle dise : 'vous nous l'avez dit, l'Europe c'est une mauvaise chose", a déclaré le chef de la diplomatie française sur France Inter. "S'il s'agit de démembrer l'Union européenne, ce ne sera pas possible et là-dessus, nous avons l'intention de consulter étroitement avec nos amis allemands, de travailler avec la Commission, avec les autres. Si ça peut être un progrès, pourquoi pas, mais si c'est pour un démembrement, non." Selon un document que Reuters a pu consulter, Paris et Berlin semblent vouloir allumer un contre-feu en élaborant un projet visant à renforcer la coopération entre les 19 pays de la zone euro sans toucher aux traités existants. (Andrew Osborn et Ingrid Melander, avec John Irish et Julien Ponthus à Paris, William James et Michael Holden à Londres, William Schomberg à Dresde; Nicolas Delame et Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.