Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Référendum historique en Turquie sur les pouvoirs du président

Reuters16/04/2017 à 03:18
    * Le président Erdogan dit avoir besoin de plus de pouvoirs 
    * Il dit vouloir mieux assurer la sécurité du pays 
    * Les tenants du "non" craignent une dérive autoritaire 
    * Les sondages donnent une légère avance au "oui" 
 
    par Tuvan Gumrukcu 
    ANKARA, 16 avril (Reuters) - Les Turcs sont appelés dimanche 
à dire par référendum s'ils sont d'accord pour donner davantage 
de pouvoir à leur président, un scrutin qui s'annonce serré et 
porteur, si le "oui" l'emporte, du changement le plus radical du 
système politique turc depuis la fondation de la république 
turque il y a près d'un siècle. 
    Les sondages donnent le "oui" légèrement en tête. Si ce 
résultat, souhaité par le président Recep Tayyip Erdogan, se 
confirme, la Turquie remplacera son régime parlementaire par un 
régime présidentiel où le président concentrera l'essentiel du 
pouvoir exécutif entre ses mains, le poste de Premier ministre 
étant supprimé. 
    Selon les amendements à la Constitution soumis au vote des 
55 millions d'électeurs, le nouveau système permettrait au 
président Erdogan de rester au pouvoir au moins jusqu'en 2029. 
    Le référendum a profondément divisé le pays. Le président 
Erdogan et ses partisans font valoir qu'il est nécessaire de 
modifier la Constitution, dont la version actuelle a été écrite 
par les généraux à la suite d'un coup d'Etat en 1980, pour 
affronter les enjeux auxquels est confronté la Turquie en 
matière de sécurité et éviter les gouvernements de coalition 
fragiles que le pays a connu par le passé. 
    Le président estime que la Turquie, confrontée aux guerres 
en Syrie et en Irak, a besoin d'un exécutif fort pour lutter 
contre l'Etat islamique et à insurrection autonomiste kurde du 
PKK. 
    La réforme, présentée sous la forme de 18 amendements à la 
Constitution, prévoit notamment la suppression du poste de 
Premier ministre, la possibilité pour le président de dissoudre 
le Parlement et de prendre certains décrets.   
    Les opposants à la réforme disent craindre une dérive 
autoritaire dans un pays où quelque 40.000 personnes ont été 
arrêtées et 120.000 limogées ou suspendues de leur fonctions 
dans le cadre de la répression qui a suivi le coup d'Etat manqué 
de juillet dernier. 
     
    COUVERTE MÉDIATIQUE DISPROPORTIONNÉE 
    L'issue du scrutin aura aussi des conséquences sur les 
relations - tendues - qu'entretient la Turquie, état membre de 
l'Otan, avec l'Union européenne. La Turquie a accepté de réduire 
le flot de migrants partant de son pays en direction de l'UE, au 
terme d'un accord conclu en mars 2016, mais Recep Tayyip Erdogan 
a fait savoir qu'il pourrait revenir sur cet accord à l'issue du 
référendum. 
    Les relations entre la Turquie et l'UE ont touché un point 
bas pendant la campagne pour le référendum. L'Allemagne et les 
Pays-Bas ont interdit des meetings où devaient s'exprimer des 
ministres turcs pour convaincre la diaspora de voter "oui". 
    Le président Erdogan a alors évoqué des actes rappelant la 
période nazie et indiqué que la Turquie pourrait revoir ses 
relations avec l'UE après avoir cherché pendant plusieurs années 
à en faire partie. 
    A la veille du vote, Erdogan a tenu quatre meetings à 
Istanbul. Il a demandé à ses partisans d'aller voter en masse. 
    "Le 16 avril sera un tournant pour l'histoire politique de 
la Turquie (...) Chaque vote de demain sera une pierre de notre 
renaissance", a déclaré le chef de l'Etat devant ses partisans. 
"Il ne reste que quelques heures maintenant. Appelez vos amis, 
vos proches, vos connaissances et rendez-vous aux urnes." 
    Les bureaux de vote ouvriront à 07h00 (04h00 GMT) et 
fermeront à 17h00 (14h00 GMT). Les Turcs résidant à l'étranger 
ont déjà voté. 
    La couverture accordée par les médias à Recep Tayyip Erdogan 
et au parti islamo-conservateur AKP au pouvoir, qui est dirigé 
par le Premier ministre Binali Yildirim, a été disproportionnée 
par rapport à celle accordée au principal parti d'opposition 
laïque, le Parti républicain du peuples (CHP) et au Parti 
démocratique des peuples (HDP, pro-kurde). 
    Recep Tayyip Erdogan a cherché à tourner en dérision le 
président du CHP, Kemal Kiliçdarolu, en diffusant des vidéos de 
ses bourdes à l'occasion de meetings et a associé le vote "non" 
au soutien du terrorisme. 
    Kemal Kiliçdarolu accuse Recep Tayyip Erdogan de vouloir 
"le régime d'un homme fort" et estime que les amendements 
proposé à la Constitution mettront le pays en danger. 
    "Ce n'est pas une question de droite ou de gauche (...) 
c'est une question nationale (...). Nous allons faire nos choix 
avec en tête nos enfants et notre avenir", a déclaré le 
président du CHP lors de son dernier meeting à Ankara. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.