1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Référendum en Ecosse : le «Non» donné en tête, Bill Clinton s'engage
Le Parisien17/09/2014 à 10:17

Référendum en Ecosse : le «Non» donné en tête, Bill Clinton s'engage

Une journée pour réfléchir. Mardi était le dernier jour de campagne officielle en Ecosse, et les partisans du «oui» à l'indépendance comme ceux du «non» ont redoublé d'efforts pour tenter de convaincre. Après plusieurs jours de montée en puissance du vote indépendantiste, à la grande surprise de David Cameron et de Westminster qui prenaient ce scrutin pour une formalité malgré deux années de campagne intense, les adversaires de la partition avec le Royaume-Uni semblent, comme en réaction, se mobiliser.

Trois sondages publiés mardi soir donnent le non en avance de quatre points sur le oui : 52% contre 48%. Le premier pour le Daily Telegraph, un autre pour le Scotsman et le troisième pour le Daily Mail. Seule la frange des indécis évolue d'une enquête d'opinion à l'autre, preuve que le suspense durera jusqu'au bout, d'autant que les électeurs se sont inscrits en masse sur les listes de vote. «Should Scotland be an independent country ?»* sera la question qui leur sera posée jeudi, à partir de 8 heures.

Dans une lettre aux Ecossais, le Premier ministre Alex Salmond s'est enflammé, ravi qu'ils aient entre leurs mains le pouvoir de changer la destinée du pays. Il a demandé aux électeurs d'avoir confiance en eux et en leur geste au moment où ils entreront dans l'isoloir. Ce champion du Oui a également balayé d'un revers les propositions de dernières minutes de David Cameron pour tenter de garder Edimbourg au sein du royaume. Il s'agit d'une «offre vide de dernière minute», a-t-il estimé sur la BBC, et elle ne va «pas dissuader le peuple d'Ecosse de saisir jeudi l'immense opportunité de confier à l'Ecosse l'avenir de l'Ecosse». Salmond prépare son projet depuis 2009.

Mardi, les trois partis traditionnels britanniques, partisans naturels du Non, ont promis une plus grande autonomie à l'Ecosse en réitérant des engagements déjà annoncés. Le texte, publié en Une du Daily Reocrd, principal quotidien écossais, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer