Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Redressement judiciaire annoncé pour les abattoirs Gad

Reuters13/02/2013 à 21:11

RENNES (Reuters) - La société bretonne d'abattage de porcs Gad SAS, qui emploie 1.700 salariés et est en difficulté depuis de nombreux mois, va demander prochainement son placement en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Brest.

La direction de l'entreprise explique dans un communiqué être "confrontée à de graves difficultés conjoncturelles et structurelles" et avoir convoqué le Comité Central d'Entreprise pour une réunion le 21 février.

Cette nouvelle procédure touche une nouvelle fois une entreprise de l'ouest de la France, région qui pâtit déjà des difficultés du groupe volailler Doux, lui-même en redressement depuis juin 2012, et de la situation délicate de l'élevage et de l'industrie agro-alimentaire.

La société Gad SAS, qui emploie 850 personnes dans son abattoir de Lampaul-Guimillau (Finistère), 650 à Josselin (Morbihan) et 50 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), aurait subi depuis trois ans des pertes financières qui s'élèveraient à plus de dix millions d'euros.

Ses difficultés sont notamment liées à la baisse de production de porcs en France, due en partie au renchérissement des aliments mais aussi aux normes environnementales européennes, ce qui a entraîné une baisse très importante de l'activité d'abattage.

La société Gad, dont le siège est à Morlaix (Finistère) et dont l'actionnaire majoritaire est le groupe Cecab, subit également la concurrence de ses homologues allemands qui ont recours à une main-d'oeuvre meilleur marché en provenance des pays de l'Est, a indiqué à Reuters un porte-parole de la société qui exporte 30% de sa production.

"C'est toute la filière porcine qui est touchée", a-t-il dit.

En 2012, Gad SAS a réalisé un chiffre d'affaires de 453 millions d'euros pour 2,4 millions de porcs abattus chaque année.

Un administrateur judiciaire devrait être nommé prochainement pour "permettre à Gad SAS d'explorer toutes les pistes afin de trouver la meilleure solution de continuité de l'activité", selon le communiqué de la direction.

Pierre-Henri Allain, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.