1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Reconstitution du meurtre de Laëtitia Perrais sans Tony Meilhon
Reuters06/03/2012 à 14:55

LA BERNERIE-EN-RETZ, Loire-Atlantique (Reuters) - Le meurtrier présumé de Laëtitia Perrais a refusé mardi de participer mardi à la reconstitution du meurtre de l'adolescente près de Pornic (Loire-Atlantique), entraînant l'annulation de la quasi-totalité de l'opération.

Tony Meilhon a refusé d'être extrait de sa cellule de la prison de Vézin-le-Coquet (Ille-et-Vilaine), près de Rennes, "en menaçant d'avaler une lame de rasoir", a rapporté l'un de ses avocats, Me Fathi Benbrahim.

Seul l'accident de scooter de l'adolescente de 18 ans, à proximité du domicile de sa famille d'accueil à La Bernerie-en-Retz (Loire-Atlantique), donnera lieu à une reconstitution en fin d'après-midi.

L'autopsie avait démontré qu'elle avait "chuté de son scooter après avoir été percutée par un véhicule, mais que ses blessures ont été sans conséquences mortelles", contredisant la thèse de l'accident mortel de la circulation évoquée par le suspect.

La tête, les bras et les jambes de l'apprentie-serveuse - vue pour la dernière fois dans un bar avec Tony Meilhon, avec qui elle avait sympathisé quelques jours avant - avaient été retrouvés le 1er février enserrés de grillage et lestés d'un parpaing dans un étang. Son buste mutilé avait été découvert le 9 avril dans un second plan d'eau, à une heure de route de là.

Tony Meilhon avait déjà avalé en février les mini-doses de lessive, de crème à récurer et d'eau de javel fournies à chaque détenu, afin de protester contre "l'insuffisance de calories des repas fournis par la prison", avait rapporté le procureur de la République de Nantes.

Il avait également été hospitalisé en mars après avoir ingéré des médicaments, sans jamais que ses jours ne soient mis en danger.

Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer