Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RECIT-Les rêves d'une famille irakienne envolés avec le décret Trump

Reuters29/01/2017 à 15:21
    par Aroua Gaballa, Eric Knecht et Michael Georgy 
    LE CAIRE/ERBIL, Irak, 29 janvier (Reuters) - Fouad Charef, 
sa femme et ses trois enfants, ont vendu leur maison en Irak, 
quitté leurs emplois et leurs écoles avant de l'envoler samedi 
vers une nouvelle vie aux Etats-Unis; puis, au Caire, ils n'ont 
pu monter à bord de l'avion qui partait pour New York, devenus 
brutalement les victimes de l'interdiction d'entrer aux 
Etats-Unis édictée par Donald Trump quelques heures auparavant. 
    Désemparés, leurs passeports confisqués, le père, la mère, 
leurs deux filles et leur fils, ont été retenus à l'aéroport du 
Caire dans la nuit de samedi à dimanche et contraints 
d'embarquer à bord d'un avion qui les a ramenés dimanche matin 
dans leur ville d'origine, Erbil, la capitale de la région 
autonome du Kurdistan irakien, dans le nord de l'Irak. 
    "Nous avons été traités comme des trafiquants de drogue, 
escortés par des agents chargés des expulsions", raconte Fouad 
Charef, joint par téléphone de l'aéroport du Caire. Il dit se 
sentir coupable envers sa femme et ses enfants. 
    Une semaine après être entré à la Maison blanche, le 
président américain Donald Trump a signé un décret vendredi 
suspendant l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept 
pays musulmans : Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et 
Yémen pour une période d'au moins trois mois. Motif invoqué : 
protéger le territoire américain du risque d'attentat. 
    La mesure a été applicable immédiatement, ce qui a suscité 
une grande confusion pour les voyageurs en possession d'un 
passeport de ces sept pays dont font partie Fouad Charef et sa 
famille. 
    A l'aéroport international d'Erbil, la famille Charef 
semblait démoralisée, ne parvenant pas à comprendre comment leur 
rêve si longtemps caressé - ils ont attendu deux ans pour 
obtenir leurs visas - avait pu être rayé d'un trait de plume en 
un instant, alors même que leurs documents de voyage étaient en 
règle.  
     
    COMME SADDAM HUSSEIN 
    Pour Fouad Charef, la décision du nouveau locataire de la 
Maison blanche s'apparente aux décisions prises aux temps de la 
dictature de l'ancien président irakien Saddam Hussein. 
    "Je crois que c'est une terrible erreur aux Etats-Unis, une 
terrible erreur dans l'histoire des Etats-Unis. Je pensais que 
l'Amérique était (...) une démocratie", dit-il. 
    "Je la vois comme une autocratie; quelqu'un signe et c'est 
effectif immédiatement. Qu'est-ce que cela signifie ? C'est 
comme les décisions de Saddam Hussein. Sans revenir au Congrès 
(le Parlement des Etats-Unis, NDLR), je ne comprends pas." 
    Fouad Charef raconte qu'il était employé par une société 
pharmaceutique avant de quitter l'Irak, mais qu'il a aussi 
travaillé sur des projets financés par des organisations 
américaines comme l'USAID (Agence des États-Unis pour le 
développement international) dans les années qui ont suivi 
l'intervention américaine de 2003 en Irak. 
    Sa famille a fait sa demande de visa pour les Etats-Unis en 
septembre 2014 alors que les conditions de sécurité en Irak se 
détérioraient après la prise de Mossoul, la grande ville du nord 
de l'Irak, en juin 2014 par l'Etat islamique. La ville est en 
cours de reconquête par les forces irakiennes. 
    De par son travail avec les Etats-Unis, Fouad Charef est 
particulièrement vulnérable aux attaques des islamistes, qui le 
considèrent comme un traître. 
    "Je suis brisé, je suis totalement brisé; je ne comprend pas 
comme il (Trump) récompense les personnes qui l'ont aidé. Je ne 
comprend pas. Quand nous travaillions avec eux, nous avons mis 
nos vies, ma vie, la vie de ma famille, en péril", commente 
Fouad Charef.  
     
    INFIDÈLE 
    "Et, tous les jours, nous étions des cibles faciles pour les 
groupes terroristes. Quiconque travaille avec les Américains est 
considéré comme un infidèle", ajoute-t-il. 
    Il a demandé à émigrer via un programme spécial, le SIV, mis 
en place par le législateur américain pour aider les dizaines de 
milliers d'Irakiens qui ont risqué leur vie en aidant les 
Américains après leur arrivée en 2003. 
    Au moins 7.000 Irakiens, dont de nombreux interprètes pour 
l'armée américaine, se sont installés aux Etats-Unis depuis 2008 
dans le cadre du programme SIV, tandis que 500 dossiers 
supplémentaires sont en cours de traitement, selon les chiffres 
du département d'Etat. 
    Par ailleurs, 58.000 Irakiens sont en attente d'un entretien 
dans le cadre d'un autre programme, le DAP, selon 
l'International Refugee Assistance Project, un regroupement de 
juristes dont l'objectif est d'aider les réfugiés. 
    Une amie de Fouad Charef, Mona Fetouh, qui habite aux 
Etats-Unis, dit avoir travaillé avec lui sur un programme local 
financé par l'USAID en 2004 et l'avoir recommandé pour sa 
demande de visa. 
    Fouad Charef devait à l'origine s'envoler le 1er février 
pour les Etats-unis, mais la famille a décidé de partir plus tôt 
après avoir eu vent des projets de Donald Trump de publier un 
plan renforçant le contrôle aux frontières des Etats-Unis. Mais 
c'était déjà trop tard. 
    Il avait l'intention de s'installer à Nashville, dans le 
Tennessee. 
    "J'ai des amis là-bas. Je me suis arrangé avec eux et ils 
sont à la recherche d'une maison pour moi, d'un emploi", assure 
Fouad Charef. Il dit que ce voyage lui a coûté 5.000 dollars 
(4.700 euros). "Tout est parti en fumée", dit-il. 
    Découragé, Fouad Charef ne sait plus quoi faire. En 
attendant, il va loger chez son frère à Erbil.  
    "Peut-être que je vais envoyer un courriel à l'ambassade des 
Etats-Unis à Bagdad pour demander des explications", dit-il. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.