Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Recherche fondamentale : Jean-Luc Mélenchon promet de titulariser "tout le monde"
information fournie par Boursorama avec Media Services14/10/2021 à 09:48

Le chef de file de La France insoumise insiste sur trois "domaines urgents où investir" : mer, espace et numérique.

Jean-Luc Mélenchon, le 17 juin 2021, à Ingrandes ( AFP / GUILLAUME SOUVANT )

Jean-Luc Mélenchon, le 17 juin 2021, à Ingrandes ( AFP / GUILLAUME SOUVANT )

A six mois du premier tour, le candidat de LFI à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a développé son programme en matière de recherche et d'enseignement professionnel. Le leader insoumis souhaite supprimer le contrôle continu au baccalauréat ainsi que Parcoursup, et relancer l'enseignement professionnel avec une allocation mensuelle de "1.063 euros" pour chacun de ses lycéens, dit-il dans un entretien à l'Obs à paraître jeudi 14 octobre.

"Refonder la recherche fondamentale"

"Si je suis élu, j'abrogerai les réforms de Hollande et de Blanquer sur les collèges et lycées", explique M. Mélenchon, qui "veut "que le même savoir soit enseigné partout dans les mêmes conditions (...). Pas de contrôle continu au baccalauréat. Pas de spécialités différentes non plus, sinon ça produit un classement entre les lycées", poursuit-il, promettant aussi la "fin de Parcoursup".

S'il juge intenable la proposition de la candidate socialiste Anne Hidalgo de doubler le salaire des enseignants, il propose de leur attribuer "15% de rattrapage" et ce "dès l'élection", puis "15 % de plus à négocier avec les syndicats d'enseignants". Selon lui, "cela représente 17 milliards d'euros. On peut le tenir". 

Par ailleurs, il souhaite "former des ouvriers qualifiés" pour affronter le changement climatique. Il propose ainsi de rétablir "le bac pro en quatre ans", créer "des établissements du CAP au BTS, et une allocation mensuelle pour chaque lycéen du professionnel à 1.063 euros à partir de 16 ans", afin de trouver par exemple, "5.000 ouvriers spécialisés pour démanteler les centrales nucléaires" ou "les 300.000 paysans pour faire de l'agriculture bio partout".

Il compte aussi "refonder la recherche fondamentale" en lui versant "les 7 milliards d'euros de crédit d'impôt recherche" et promet de titulariser "tout le monde". "La mer, l'espace et le numérique" sont les trois "domaines urgents où investir", ajoute-t-il. 

Le député veut par ailleurs "réorganiser les régions en fonction des bassins versants des fleuves ou rivières. Elles auront ainsi la responsabilité totale de garantir l'accès à l'eau, sa qualité et la police de ses usages".

Cette classe qui "hésite" en vue de 2022

Jean-Luc Mélenchon assure qu'il "ne plaisante pas en vous disant: 'Je vais être élu !' C'est possible", analyse-t-il, au vu de la situation "extrêmement volatile". 

Revenant sur son débat avec Eric Zemmour, il explique qu'il fallait "faire cesser l'impression ressentie à la base d'une sorte de consensus raciste de la scène politique". Selon lui, ce ne sont pas les quartiers les plus populaires qui sont "les plus racistes". "Mais, oui, il y a bien une classe moyenne supérieure qui hésite (...) Il y a des jours où cette classe se lève zemmourienne, puis elle déjeune jadotiste et se couche mélenchoniste. Le centre gauche est l'incarnation de cette hésitation".

18 commentaires

  • 14 octobre16:09

    avec lui, pour ne pas avoir son BAC, il faudra le demander gentiment