Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

REACTIONS à la conférence de presse de François Hollande

Reuters07/09/2015 à 15:06

PARIS, 7 septembre (Reuters) - Voici les principales réactions à la conférence de presse de François Hollande, au cours de laquelle le président français a annoncé de possibles frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie et l'accueil de réfugiés supplémentaires. LES RÉPUBLICAINS, dans un communiqué : "Aujourd'hui, François Hollande se satisfait de l'arrivée de 24.000 migrants en France et refuse de parler de quotas, tentant de faire oublier que son incompétence l'aura forcé à accepter tardivement les choix de l'Allemagne. La refondation des accords de Schengen est incontournable, tout comme la création de centres de rétention administratifs dans les pays limitrophes." "Quant aux 2 milliards annoncés de baisses d'impôt, comment peut-on croire, à supposer qu'elles soient effectives, qu'elles auront une quelconque effet ?" "Quand la croissance est moribonde, que le chômage ne baisse pas, il y a toutes les raisons de se méfier de ces annonces purement électoralistes et désespérées qui coûteront cher aux Français." MARINE LE PEN, présidente du Front national, dans un communiqué. "Au cours de cette conférence, François Hollande est apparu une nouvelle fois tel qu'il est : absent et totalement dépassé par les crises structurelles qui secouent la France, économique, agricole, migratoire et terroriste." "En matière migratoire, François Hollande a avoué qu'il méprisait l'avis des Français et a confirmé (...) l'ouverture totale de nos frontières aux flux continus de clandestins." "En Syrie, la position de la France reste totalement incohérente : on ne peut pas dans le même temps prétendre lutter contre l'Etat islamique et continuer à s'acharner contre l'Etat syrien, alors que précisément celui-ci est le seul acteur à lutter sur le terrain contre l'Etat islamique." Le PARTI DE GAUCHE, dans un communiqué : "François Hollande a révélé l'objet premier de la communication orchestrée par le gouvernement depuis des jours au sujet des migrants : justifier des bombardements sur la Syrie. "Il va ainsi amplifier une politique d'intervention qui a désagrégé cette région du monde depuis 20 ans et fertilisé le terreau sur lequel pousse Daesh. "Cette conférence de rentrée est celle d'un monarque va-t-en-guerre de droite manifestement à l'aise dans ce rôle." PIERRE LAURENT, secrétaire national du Parti communiste, sur BFM TV : "Il avance peut-être à pas feutrés mais dans une direction qui est très claire, qui est une nouvelle vague de déréglementation sociale. On va entamer, si on laisse faire le gouvernement, le détricotage des garanties sociales du code du travail." "La baisse d'impôts, il s'agit d'une baisse sur certaines tranches mais dans le même temps on a augmenté très fortement la TVA et on pousse les communes, à cause des baisses de dotations publiques, à augmenter les impôts locaux pour essayer de boucler leur budget. Donc au total, pour les couches moyennes et les milieux populaires, il n'y a pas réellement de baisse de la fiscalité. La justice fiscale continue de reculer." NICOLAS DUPONT-AIGNAN, président de Debout la France, dans un communiqué : "François Hollande a confirmé ce matin que la France accueillerait toujours plus de migrants (...) Un système de quotas est incohérent et irresponsable puisque les migrants peuvent ensuite circuler librement dans toute l'Europe !" JEAN-CHRISTOPHE LAGARDE, président de l'UDI, dans un communiqué : "Encore une grand-messe sans intérêt de la part du chef de l'État (...) Sur la crise des migrants, il se contente de reprendre les propositions que nous formulons depuis plusieurs semaines (...) Sur l'économie François Hollande se montre très flou. Mais 2017 approchant à grands pas, François Hollande qui entre en campagne, agite la feuille d'impôts." FORCE OUVRIÈRE, dans un communiqué : "En matière de travail, l'annonce d'une loi devant favoriser les négociations d'entreprise en dérogation ou supplétivité des accords nationaux et du Code du travail traduirait un abandon de la République sociale et porterait atteinte, comme c'est le cas dans d'autres pays, à la négociation collective et au nombre d'accords conclus." "Le duo libéralisme économique/autoritarisme social demeure la ligne de conduite." (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.