Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RD Congo-La loi électorale à l'origine des violences modifiée

Reuters23/01/2015 à 19:37

(Actualisé avec déclaration du président de l'Assemblée nationale § 7) KINSHASA, 23 janvier (Reuters) - Le Sénat de la République démocratique du Congo (RDC) a modifié vendredi l'article de la nouvelle loi électorale qui prévoyait l'organisation d'un recensement de la population en préalable à la tenue de la prochaine élection présidentielle, à l'origine des violentes manifestations des derniers jours. L'opposition congolaise craignait que cette clause ait pour conséquence de repousser de plusieurs années le scrutin prévu pour 2016 et de permettre ainsi au président Joseph Kabila, qui ne peut se représenter une troisième fois, de se maintenir plus longtemps au pouvoir. Le sénat a voté une version modifiée de l'article 8 de la loi, qui précise que la mise à jour de la liste électorale devra être terminée dans le délai prévu par la constitution pour la tenue des élections législatives et présidentielle. L'adoption de la loi originelle par la chambre basse du Parlement le week-end dernier a provoqué de violents heurts entre manifestants et forces de l'ordre, qui ont fait au moins 42 morts, selon la Fédération internationale des ligues de droits de l'homme (FIDH). "Nous avons écouté la rue. C'est pourquoi le vote d'aujourd'hui est un vote historique", a déclaré le président du Sénat, Léon Kenga Wa Dondo, à l'issue du vote des sénateurs. "Les amendements contenus dans cet article sur les données démographiques ne parlent plus de recensement (...) car le recensement aurait peut-être excédé la limite de temps prévue par la constitution", a-t-il dit. Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale et proche allié de Kabila, a indiqué lui que le pays ne connaîtrait pas un scénario comparable à l'éviction sous la pression populaire du président burkinabé Blaise Compaoré à l'automne dernier. "Il n'y aura pas de Burkina Faso à Kinshasa, cessez de rêver", a-t-il dit. Une commission mixte est désormais chargée de fusionner les textes adoptés par les deux chambres avant un vote définitif de la loi qui devrait intervenir d'ici à la fin de la session parlementaire, lundi prochain. Mais les partisans de l'opposition n'ont pas attendu pour exprimer leur satisfaction dans les rues de Kinshasa. Plusieurs dizaines d'entre eux ont investi la rue du Commerce, au coeur de la capitale, aux cris de "Victoire, victoire!" après la retransmission du vote du Sénat à la télévision. "Le Sénat a montré sa sagesse en épargnant le sang du peuple congolais qui s'apprêtait à couler", a déclaré l'un d'eux, un commerçant de 45 ans se faisant appeler Mbuyi. La France, les Etats-Unis et le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon avaient appelé les autorités congolaises à ne pas repousser les élections. "C'est un coup dur pour Kabila et ses partisans", estime l'analyste politique Pascal Kambalé, ancien directeur pour la RDC de l'Open Society Initiative for Southern Africa. "Leur seul objectif est de faire en sorte que Kabila reste au pouvoir après 2016. Mais ils n'ont pas de stratégie claire pour parvenir à ce résultat", souligne-t-il. (Aaron Ross; Tangi Salaün pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.