Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RCA-La force Sangaris va s'effacer peu à peu derrière la Minusca

Reuters04/12/2014 à 15:08

* La force de l'Onu sera totalement déployée fin avril * Les hommes de Sangaris resteront sous une forme plus ramassée * Paris estime avoir "fait le job" PARIS, 4 décembre (Reuters) - Un an après le début de l'opération Sangaris qui a mis fin aux massacres de masse et rétabli un calme fragile en Centrafrique, les troupes françaises vont s'effacer progressivement derrière la Minusca de l'Onu, qui sera pleinement déployée fin avril. Sangaris, qui compte actuellement 2.000 hommes, restera en appui des 8.600 soldats de la Minusca mais diminuera de volume au fur et à mesure de l'essor des troupes onusiennes. Les paliers de désengagement des forces françaises ne sont cependant pas encore planifiés, a souligné jeudi le général Eric Bellot des Minières, commandant de Sangaris, lors d'une visioconférence organisée par le ministère de la Défense. "Sangaris n'a pas vocation à rester dans le modèle actuel. Une fois que la Minusca sera pleinement opérationnelle, nous réorganiserons notre dispositif sous une force peut-être plus ramassée, en réserve sans doute de Bangui", a-t-il dit. L'objectif sera de disposer d'une force suffisante pour rester en appui de la Minusca et "d'être capable d'anticiper une éventuelle montée en puissance de violences de manière un peu exceptionnelle malgré la présence de l'Onu", a-t-il ajouté. Pour être capables de réagir très rapidement, les forces françaises ont ainsi déployé deux hélicoptères Tigre et deux drones de renseignement, précise une source militaire. Même s'ils sont toujours confrontés à des pics de violence, les Français estiment avoir "fait le job" et rétabli une sécurité minimale en enrayant la spirale des violences et en permettant le retour des ONG et un semblant d'administration. NORMALISATION EN MARCHE ? "On peut estimer qu'une normalisation est en marche", a dit le général Bellot des Minières, pour qui le niveau de sécurité est "sans commune mesure" avec ce qu'il était il y a un an, quand François Hollande a décidé le lancement de l'opération. Depuis 2013, le nombre des déplacés a diminué de quasiment 50% et le camp de l'aéroport de M'Poko est passé de 100.000 réfugiés à 20.000 aujourd'hui, souligne la source militaire. Environ 8.000 armes et 300.000 munitions ont été saisies et 14 tonnes détruites, tandis que l'opération a coûté la vie à 3 soldats français et fait 120 blessés. De nombreux groupes armés subsistent cependant dans le pays, en particulier la Séléka, constituée de partis politiques et de forces rebelles opposés à l'ancien président centrafricain François Bozizé, renversé en mars 2013. La Séléka est aujourd'hui divisée en trois branches et dispose de 6.000 combattants, soit trois fois moins qu'il y a un an, selon la source militaire. Les "anti-balaka", groupes d'autodéfense majoritairement chrétiens constitués pour contrer les violences des rebelles surtout musulmans de la Séléka, constituent une nébuleuse peu hiérarchisée et divisée, avec des logiques locales. Pour le général Bellot des Minières, le temps est désormais venu de "passer à une approche plus globale", c'est-à-dire développer les piliers politique, économique et judiciaire, un rôle qui appartient à la communauté internationale. "C'est une approche traitant l'ensemble du spectre de la crise avec des partenaires ou des investisseurs internationaux comme avec des organisations non-gouvernementales, aux côtés de la Minusca, qui amènera une solution durable", a-t-il dit. Le 20 janvier 2014, le Conseil national de transition de la République centrafricaine a élu Catherine Samba-Panza comme chef de l'État de transition de la République centrafricaine. (Gérard Bon, avec John Irish, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.