Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RCA-Amnesty épingle l'Onu face aux violences contre les civils

Reuters06/11/2014 à 14:01

PARIS, 6 novembre (Reuters) - La mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) n'est pas parvenue à arrêter ni prévenir les attaques commises contre les civils faute de stratégie cohérente et d'un déploiement rapide, estime Amnesty International dans un rapport publié jeudi. Malgré la présence des casques bleus, des dizaines de civils, dont plusieurs enfants, ont été tués et des milliers d'autres ont été déplacés ces dernières semaines, selon l'organisation de défense des droits de l'homme. "Si on veut qu'elle soit un tant soit peu crédible, la mission de maintien de la paix des Nations unies doit prendre des mesures plus fermes pour véritablement protéger les civils des nombreuses violations auxquelles ils sont exposés", écrit l'ONG. "Concrètement, ça veut dire davantage de patrouilles, d'arrestations des fauteurs de troubles, de ceux qui commettent des crimes et s'assurer qu'ils soient traduits en justice", souligne Christian Mukosa, spécialiste de la RCA à Amnesty International, lors d'une conférence de presse à Paris. Forte de 7.600 hommes, la Minusca a pris officiellement le 15 septembre le relais de la force africaine Misca, chargée depuis décembre 2013 de restaurer la sécurité dans le pays, avec l'appui de quelque 2.000 soldats de la force française Sangaris. À terme, la Minusca comptera 12.000 hommes. "Le déploiement de la mission est très lent, que ce soit à Bangui, la capitale, ou dans d'autres endroits du pays", indique le chercheur. "Ils ne sont pas encore à leur volume maximum mais se pose déjà un problème sérieux de stratégie cohérente." PAYS MEURTRI A titre d'exemple, le chercheur cite le cas de l'église Notre-Dame de Fatima, dans le centre de Bangui, qui a été à plusieurs reprises la cible d'attaques armées. "Cette paroisse se trouve à l'intersection entre les communautés catholique et musulmane, il s'agit d'un point névralgique, or il n'est protégé que par une dizaine de casques bleus policiers burundais" peu équipés, indique-t-il. Près de deux ans après, le pays reste meurtri par une spirale de violences et de tensions intercommunautaires. "A Bangui et ailleurs la situation reste très préoccupante malgré la présence des forces internationales qui essaient de faire quelque chose pour la protection des civils mais l'impunité demeure", souligne le chercheur. Pour Amnesty, le problème est avant tout un problème de volonté politique et les discussions politiques en vue de la réconciliation nationale ne doivent pas empêcher de traduire en justice les responsables d'exactions. La RCA a plongé dans la violence après le renversement de François Bozizé par les rebelles de la Séléka en mars 2013. Les exactions commises par la rébellion à majorité musulmane contre la population chrétienne ont provoqué une réaction de défense des anti-balaka, des miliciens chrétiens qui se sont mis à traquer la communauté musulmane. A ce jour, le conflit a fait plusieurs milliers de morts et déplacés. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.