1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rallye - Tour de Corse : Éric Camilli, le retour au pays

Le Point07/04/2017 à 06:57

Après deux quatrièmes places, au Monte-Carlo et en Suède, Éric Camilli a terminé deuxième au Mexique, lors de la dernière manche, et vise la victoire en Corse.

Pendant une poignée d'heures, les habitants du petit village de Casaglione, au sud d'Ajaccio, vont retenir leur souffle. Vendredi matin, les pilotes du championnat mondial des rallyes, qui disputent la quatrième manche de la saison, débouleront dans les ruelles du village pour négocier une épingle délicate et hautement stratégique. Une voiture sera particulièrement scrutée par les habitants : la Ford Fiesta R5 d'Éric Camilli, pilote de 29 ans. « Il les connaît par c?ur, ces routes, on y roule depuis qu'il est petit », sourit son père, Jean-Charles, dont la famille est originaire de Casaglione. « Nous sommes tous fiers de le voir atteindre ce niveau-là. »

Le délicat apprentissage du WRC

Il est déjà loin le temps où Camilli, qui suivait des études d'expert-comptable, se battait pour participer à des rallyes régionaux. Vainqueur du rallye jeune en 2012, comme Sébastien Loeb et Sébastien Ogier quelques années plus tôt, le pilote né à Nice a franchi les échelons en douceur. Le rallye de Corse a longtemps servi de révélateur à sa progression à l'image de sa 4e place 2014 en ERC (le championnat européen) et son podium (3e) en WRC2 en 2015.

L'an dernier, Éric Camilli accède au saint des saints : le WRC, la discipline reine. Mais sa saison est délicate. Si sa pointe de vitesse et son coup de volant ne sont pas remis en cause, le pilote doit composer avec de petites...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer