Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Radio France-Gallet dit avoir le soutien de l'Etat

Reuters02/04/2015 à 19:21

* Le patron de Radio France exclut de démissionner * Il attend la réponse de l'Etat sur son projet * La grève continue vendredi (Actualisé avec nouvelles déclarations) PARIS, 2 avril (Reuters) - Le président de Radio France, Mathieu Gallet, a dit jeudi attendre des arbitrages rapides du gouvernement sur son projet pour le groupe public et assure que celui-ci apportera son "soutien" à la "transformation" qu'il entend mener. Dans un courriel adressé aux salariés de Radio France et que Reuters a pu consulter, Mathieu Gallet explique avoir eu un entretien "très constructif" avec Fleur Pellerin, qui l'a reçu jeudi matin. La ministre de la Culture a jugé le rendez-vous "très positif" à son arrivée à Matignon pour une réunion gouvernementale, à la mi-journée. Mis en difficulté par les révélations sur le coût de rénovation de son bureau, dans une période de disette budgétaire pour Radio France, qui prévoit 21,3 millions d'euros de déficit cette année, et par le conflit social en cours, Mathieu Gallet exclut de démissionner. "Bien sûr", a-t-il dit en fin de journée sur iTELE, à la question de savoir s'il restait en poste. "J'ai été nommé pour cinq ans (...) Seul le Conseil supérieur de l'audiovisuel peut me retirer mon mandat. Le CSA m'a renouvelé sa confiance." Mathieu Gallet a démenti les informations du Canard enchaîné au sujet de dépenses qu'il aurait réalisées lorsqu'il dirigeait l'Ina, s'est dit victime d'une "cabale" et assure, dans le courriel envoyé aux salariés, avoir le soutien du gouvernement. "L'Etat devrait rapidement arbitrer sur le projet que j'ai présenté et témoigner son soutien à Radio France et à la transformation que nous allons porter ensemble." Ce projet stratégique doit permettre d'orienter les décisions du gouvernement dans le cadre du contrat d'objectifs et de moyens 2015-2019. Le chiffre d'affaires de Radio France, qui est détenu à 100% par l'État, provient à 90 % du produit de la redevance. "SI RIEN N'EST FAIT, ON NE PASSERA PAS L'ÉTÉ" Les syndicats disent redouter des économies et donc un plan de départs massif, Mathieu Gallet ayant proposé un plan de départs, de seniors notamment, dans le cadre d'une politique qui doit permettre de réaliser 50 millions d'euros d'économies. "Il y a bien sûr un problème financier à Radio France actuellement. La trésorerie est à sec, si rien n'est fait, on ne passera pas l'été", a-t-il dit plus tard sur iTELE. "Pour 2015, 2016, 2017 la dotation (de l'Etat) sera la même. Il va falloir (...) faire des économies mais surtout dans le cadre d'un projet de développement. On ne peut pas dire à Radio France : 'pendant cinq ans, ce sera du sang et des larmes'." A cet effet, Mathieu Gallet affirme vouloir reprendre le dialogue social que plusieurs salariés disent "inexistant" et appelle à "faire la preuve de notre capacité à nous réformer plutôt que de nous voir imposer des réformes par d'autres", après la publication d'un rapport sévère de la Cour des comptes. Celle-ci propose notamment de fusionner les rédactions, ce à quoi le président dit être opposé, et d'externaliser un certain nombre d'activités. Mathieu Gallet précise dans le courriel avoir convié un comité central d'entreprise extraordinaire mercredi prochain pour présenter son projet stratégique aux élus, et appelle à la fin de la grève qui paralyse les antennes depuis 15 jours. Le syndicat national des journalistes (SNJ), qui n'est pas associé à la grève, a appelé à cesser le travail vendredi, alors que le mouvement a été reconduit lors d'une assemblée générale. "Ma conviction aujourd'hui, c'est que le silence de nos antennes et de nos formations musicales nous affaiblit désormais plus qu'il ne nous sert", dit Mathieu Gallet selon qui la grève coûte un million d'euros par semaine au groupe. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.