1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Racing 92 : «La polémique prend des proportions exagérées», regrette le président de Toulouse
Le Parisien02/04/2019 à 22:08

Racing 92 : «La polémique prend des proportions exagérées», regrette le président de Toulouse

Dans les salons de l'Hôtel Le Bristol, Didier Lacroix, le président du Stade toulousain, ne cesse de recevoir des félicitations. Deux jours après le succès de son club face au Racing 92 (22-21) en quart de finale de la Coupe d'Europe, il participe, ce mardi soir, à une soirée « Sport et entreprise - Business Club ».Au cours de la conférence sur le thème « Comment séduire un nouveau public pour développer le business model des événements sportifs », il aura un petit mot pour Jacky Lorenzetti, son homologue du Racing, qu'il sait « empêtré dans ses déclarations ». Le président francilien a en effet fâché ses supporters.Descendu de l'estrade, Didier Lacroix revient sur la polémique qui agite les suiveurs du Racing ces dernières heures.Après le match à Paris - La Défense Arena, vous avez lancé : « Si on doit couvrir le chant des Toulousains, il faut faire chanter son public plutôt que monter les haut-parleurs. » Regrettez-vous ces propos ?DIDIER LACROIX. C'était juste une remarque d'après match. On me parlait des sifflets des supporters toulousains envers la pénalité tapée par Machenaud juste après le carton rouge (NDLR : reçu par Holmes, 23e). Et j'ai dit ça pour éviter de tomber dans le piège d'être un club qui pleure contre l'arbitrage. Mais je veux vraiment dire toute l'amitié profonde que j'ai pour Jacky Lorenzetti et l'ensemble de ses équipes. Effectivement, ma remarque n'était peut-être pas judicieuse et les Racingmen peuvent mal prendre mes propos mais elle était plus sur le ton de l'humour et du chambrage. Je suis né au milieu de faits de ce type entre René Bouscatel et Max Guazzini, (NDLR : anciens présidents de Toulouse et du Stade Français) qui aimaient à se chambrer lors des Clasicos.Ne regrettez-vous pas malgré tout ces sifflets envers Machenaud ? En termes d'image ce n'est pas joli...Bien sûr, mais ils sont consécutifs à un niveau de contestation juste après un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer