1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Qui est Robert O'Neill, le Navy Seal qui a tué Ben Laden ?
Le Point07/11/2014 à 15:10

Il était inconnu au bataillon. L'homme qui a tué Oussama Ben Laden a désormais un nom : Robert O'Neill. Son identité devait être dévoilée dans un documentaire diffusé la semaine prochaine sur la chaîne américaine Fox News, mais le nom a "fuité" sur Sofrep, un site internet spécialisé sur les questions de sécurité militaire. Ensuite, le Daily Mail a contacté le père du soldat, Tom O'Neill, qui a confirmé que le "tireur" était bien son fils. Dans le documentaire de Fox News, intitulé "L'homme qui a tué Oussama Ben Laden", le Navy Seal va raconter notamment "les derniers moments du chef terroriste et ce qui s'est passé lorsqu'il a rendu son dernier souffle". Il sera diffusé en deux parties, les 11 et 12 novembre prochain. Vétéran sans retraite Âgé de 38 ans, l'ex-soldat des Navy Seal a quitté l'armée après seize années de service. Il est aujourd'hui vétéran, sans protection sociale ni retraite, et c'est ce qui l'aurait poussé à sortir de l'anonymat : le héros caché de l'antiterrorisme délaissé par son pays. L'an dernier, il avait d'ailleurs donné une interview anonyme dans laquelle il expliquait sa déception sur le sort des vétérans. Ses états de service sont pourtant impressionnants : récompensé de deux Silver Stars et de trois Bronze Stars, les deux plus hautes distinctions de l'armée américaine, il a été décoré à 52 reprises. Son père raconte qu'il a participé à près de 400 missions. En 2009,...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M940878
    07 novembre15:08

    on s'en fout mais dans tous les cas il aurait du en profiter pour éliminer d'autres crasses

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer