Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Question autour du maintien de l'objectif des 3%

Reuters11/04/2014 à 19:06

MICHEL SAPIN AFFIRME QUE LE DÉFICIT PUBLIC SERA RAMENÉ SOUS LES 3% EN 2015

WASHINGTON (Reuters) - L'annonce du maintien de l'objectif de réduction du déficit public à 3% du PIB fin 2015 pose la question du flou de la communication de l'exécutif, de ses choix politiques et économiques et des conditions pour atteindre cet objectif.

La communication d'abord, avec le refus des dirigeants français depuis des semaines de confirmer cet objectif et leurs déclarations sur la nécessité de discuter du bon "rythme" de réduction des déficits avec les Européens.

Le ministre de Finances, Michel Sapin, a finalement annoncé jeudi que "l'objectif de 3% est un objectif que nous devrions maintenir" et a expliqué que les propos qui pouvaient laisser penser autrement avaient été mal compris.

Question politique aussi, avec le choix du gouvernement de ne pas entrer en conflit avec la Commission et les partenaires européens sur le thème de la lutte contre l'austérité, au risque de braquer encore davantage la gauche du Parti socialiste.

"L'intention est de respecter nos engagements", a dit vendredi un conseiller du président François Hollande. "Mais respect des engagements ne signifie pas qu'il n'y a pas un dialogue sur les conditions de la croissance en Europe."

Les responsables français qui se sont rendus à Bruxelles jeudi pour rencontrer leurs homologues de la Commission n'ont pas communiqué sur une éventuelle négociation de l'objectif de 3%.

"L'idée n'était pas de négocier, ce n'était pas le sujet", a ajouté le conseiller, "l'idée était d'expliquer le 'pacte de responsabilité'".

Question économique ensuite, avec le défi de concilier un redressement des comptes sans précédent, une reprise suffisante pour faire reculer le chômage et une baisse des prélèvements des entreprises et des ménages.

Quant aux conditions de réalisation de cet objectif, enfin, il faudra d'abord annuler des crédits mis en réserve, qui représentent 7 milliards d'euros, et espérer qu'il n'y ait pas cette année de dépenses imprévues, ce qui est rarement le cas, comme l'a souligné la Cour des comptes.

INFAISABLE ?

Il faudra aussi que la croissance économique accélère et que les recettes fiscales des administrations publiques évoluent favorablement, contrairement à ce qui s'est passé l'an dernier.

Le gouvernement, qui doit dévoiler ses nouvelles prévisions d'ici fin avril, prévoyait jusqu'à présent une croissance du PIB de 0,9% cette année et de 1,7% en 2015.

Il faudra aussi peut-être décider d'économies en plus des 50 milliards d'euros déjà annoncés pour 2015-2017, ce qu'ont cru comprendre des élus reçus par Manuel Valls, sans que le Premier ministre le confirme dans son discours de politique générale.

Plus largement, la question du financement du "pacte de responsabilité et de solidarité" et des baisses de la fiscalité des entreprises et des ménages reste posée.

A en croire Michel Sapin, la trajectoire des finances publiques ne serait donc que peu modifiée - il était jusqu'à présent prévu de ramener le déficit à 3,6% fin 2014 et 2,8% fin 2015. Mais des doutes subsistent, notamment en raison d'un déficit plus important que prévu l'an dernier, à 4,3%.

"S'ils le mettent à 3%, je serai surpris. Ils peuvent le faire, mais c'est tout simplement infaisable", a déclaré vendredi Raphaël Brun-Aguerre, économiste chez JP Morgan

Les syndicats reçus vendredi par Manuel Valls n'ont guère montré d'enthousiasme.

"Nous savons que ce cap est inatteignable à l'heure qu'il est, sauf à procéder à des coupes sombres dans l'économie de notre pays et notamment dans ses dépenses sociales", a déclaré le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon.

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, a quant a lui estimé que "l'austérité, c'est suicidaire socialement, économiquement et démocratiquement".

(Jean-Baptiste Vey, avec Mark John et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.