Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Querelle parlementaire autour du quotient familial

Reuters20/03/2018 à 16:58

QUERELLE PARLEMENTAIRE AUTOUR DU QUOTIENT FAMILIAL

PARIS (Reuters) - La remise en cause du quotient familial évoquée dans un rapport parlementaire est à l'origine d'une crise ouverte entre les deux rapporteurs du texte, Guillaume Chiche (La République en marche), et Gilles Lurton (LR), qui a refusé de l'endosser.

Ce retrait de l'élu LR empêchera le rapport sur la politique familiale d'être présenté comme prévu mercredi à l'Assemblée, au grand dam de Guillaume Chiche, qui a dénoncé une pratique "détestable, lâche, démissionnaire" mettant à mal des mois de travail.

Objet de la discorde, selon Gilles Lurton : un paragraphe "visant à la suppression du quotient familial et à sa fusion en une seule allocation avec les allocations familiales, versées directement à l'enfant".

"Pour moi c'est inacceptable car nous touchons à un fondement de la politique familiale qui veut qu'une famille avec enfant ne voie pas son niveau de vie diminuer du fait de ses enfants par rapport à une famille qui n'en a pas", a-t-il dit. "Ce sont les classes moyennes qui vont être le plus frappées par cette mesure".

A la différence des allocations familiales, le quotient familial ne concerne que les foyers imposables. En cas de fusion, quelque huit millions de foyers avec enfants à charge verraient ainsi leur baisse de l'impôt sur le revenu remplacée par une allocation, qui serait plus élevée pour les familles les plus modestes.

Aux yeux des Républicains, cette remise en cause est une "ligne rouge" infranchissable. Devant la presse, le président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a dénoncé une "remise en cause pure et simple de toute la politique familiale" selon lui "déjà mise à mal par le gouvernement Hollande pendant cinq ans".

"Alors là, on augmente, on accélère, on veut vraiment faire le peau aux familles", a-t-il lancé.

Pour Guillaume Chiche, il est au contraire urgent de répondre à "l'inquiétude suscitée par l'inefficacité de notre politique familiale qui mobilise 59 milliards d'euros par année, soit près de 3% du PIB."

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.