Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quentin Danloux : "J'habite juste à côté de chez Nairo Quintana"
So Foot20/04/2020 à 14:00

Quentin Danloux : "J'habite juste à côté de chez Nairo Quintana"

Personne ne le connaît. Pourtant, il a osé ce qu'aucun autre Français n'a envisagé avant lui. À seulement 18 ans, Quentin Danloux s'est engagé avec un club colombien. Le 16 janvier dernier, il quittait définitivement l'Espagne où il a grandi pour le Patriotas Boyacá, à Tunja. Le voilà, 8100 km plus loin, 2800 m plus haut, seul, dans un pays dont il ne connaissait rien avant d'y mettre les pieds, face à un défi qu'il fallait avoir les couilles de tenter.

À l'heure où tout bon footballeur sud-américain rêve de partir en Europe, Quentin Danloux, natif de Bordeaux, mais adopté par l'Espagne à ses trois ans, a décidé de faire le chemin inverse. Le Patriotas Boyacá, club de Tunja, la ville la plus haute de Colombie, est venu le chercher au FC Novelda et lui a offert son premier contrat pro. Aujourd'hui, il voit son adaptation à l'altitude, aux pelouses naturelles et à la culture colombienne freinée par le Covid-19. Confiné dans les montages de Tunja, celles-là même qui ont vu Jeannie Longo devenir championne du monde du contre-la-montre en 1995, le milieu défensif revient sur cette expérience inédite, un peu plus de quatre mois après son arrivée.


En Europe, on a beaucoup de préjugés sur la Colombie - le danger, la drogue, etc. Toi, qu'est-ce que tu en penses ?
Il n'y a rien de tout ça. Ces histoires remontent à plus de dix ans en arrière. Moi, je suis à Tunja, c'est hyper sécurisé, je m'y sens bien. Même à Bogota, où je suis allé deux jours, je ne me suis pas du tout senti en danger. Quand je suis arrivé à Tunja, je venais d'avoir 18 ans, mon père m'accompagnait et s'il avait vu des histoires de drogue ou de violence, il ne m'aurait jamais laissé signer. En plus, j'habite dans l'immeuble juste à côté de chez Nairo Quintana. Je ne lui ai jamais parlé, mais, une fois, je l'ai vu aller faire ses courses.

Comment les gens le considèrent à Tunja ?
C'est une légende ! D'autant plus que le cyclisme est très réputé en Colombie.

Tu as été bien accueilli ?
Je me rappelle le jour où je suis arrivé à Tunja. Je suis le petit jeune de 18 ans, avec son sac sur le dos, venant d'Europe avec son père.
"Mes coéquipiers ont bien rigolé quand il m'ont rasé la tête après avoir signé mon contrat professionnel avec Patriotas. Je dois avouer
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer