1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quels vaccins contre le virus Ebola ?
Le Parisien23/07/2019 à 18:01

Quels vaccins contre le virus Ebola ?

C'est la quatrième fois dans son histoire que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) active sa procédure d'urgence sanitaire. L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui frappe actuellement la République Démocratique du Congo (RDC) a été élevée au rang d'« urgence sanitaire mondiale ». Une mesure exceptionnelle, décidée après l'apparition d'un premier à cas à Goma, deuxième plus grande ville du pays et carrefour majeur de l'est du pays, située à la frontière du Rwanda et de l'Ouganda.Sur les cinq vaccins en cours d'expérimentation clinique, deux candidats sortent du lot. Le plus avancé est le rVSV-ZEBOV, développé par l'Agence de santé publique canadienne et produit par le laboratoire Merck. Il utilise comme vecteur un agent rendu inoffensif, le virus de la stomatite vésiculaire (VSV). Dans son génome est inséré le gène d'une protéine présente à la surface du virus Ebola, qui va générer une réponse immunitaire.Un vaccin efficaceS'il n'a pas encore reçu d'autorisation de mise sur le marché, ce vaccin a été administré à 163 533 personnes depuis le début de l'épidémie, il y a près d'un an, selon le ministère congolais de la Santé. Car son efficacité a largement été démontrée lors d'un essai conduit en 2015 en Afrique de l'Ouest. Selon les résultats, publiés en 2017 dans The Lancet, ce vaccin confère une immunité complète dix jours seulement après injection. « Afficher une telle efficacité en si peu de temps, avec une seule injection, c'est plutôt rare », observe Sylvain Baize, du centre national de référence (CNR) des fièvres hémorragiques virales (Institut Pasteur, CIRI).En outre, les doutes sur la capacité de ce vaccin à permettre une immunité à long terme ont désormais été balayés. « Les études de suivi des cohortes qui ont été vaccinées en Afrique de l'Ouest montrent qu'on a une immunité qui perdure plusieurs années au moins après ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer