Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Quatre députés demandent un congrès anticipé du PS

Reuters09/07/2014 à 15:56

QUATRE DÉPUTÉS APPELLENT À UN CONGRÈS ANTICIPÉ DU PS POUR TRANCHER LES DÉBATS INTERNES

PARIS (Reuters) - Quatre députés socialistes ont lancé mercredi une nouvelle "sensibilité" au sein du PS et demandent la convocation d'un congrès anticipé début 2015 pour trancher des débats internes à la majorité, notamment sur l'économie.

Pour ces "quadra" - Valérie Rabault, Karine Berger, Yann Galut et Alexis Bachelay -, leurs collègues "frondeurs" posent des questions "légitimes" mais n'utilisent pas la bonne méthode en sapant l'unité du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

"La réponse qu'ils apportent est dévastatrice pour l'image de la majorité et sa crédibilité", a souligné Alexis Bachelay lors d'une rencontre avec la presse.

Les dissensions au sein du groupe ont précipité l'annonce de la création de "Cohérence socialiste", en gestation depuis six mois mais que les quatre comptaient ne dévoiler que fin août, à l'université d'été du PS à La Rochelle.

Ils veulent pour leur part refaire du Parti socialiste l'instance chargée de trancher les débats divisant la majorité.

"Aujourd'hui, un certain nombre de débats sont devenus inexistants, voire interdits, au sein du Parti socialiste. Ce sont justement ces débats qui sont en train de déchirer la gauche", a expliqué Karine Berger, quand Yann Galut a parlé de "poser les questions qui fâchent".

Ils mettent plus particulièrement en avant la politique économique définie par François Hollande, qui s'écarte selon eux du programme présidentiel de 2012. Cette politique ne fait plus du tout consensus au sein du PS, fait valoir Karine Berger : "Ce que nous voulons, c'est que l'abcès soit crevé."

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, voit dans leur démarche comme une "tradition socialiste", mais, a-t-il dit après le conseil des ministres : "Il faut que ceux qui pensent à s'organiser en courant aient bien réfléchi à l'utilité de ce qu'ils portent (...) Le mieux, c'est si chacun s'engage dans le débat ouvert au sein du Parti socialiste."

"CONTRE LA MORT DE LA GAUCHE"

"Cohérence socialiste" demandera que les aides aux entreprises, au coeur des tentatives actuelles de relance de l'économie, soient soumises à conditions et à contrôle, a précisé Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée.

"Il ne peut pas y avoir de chèque en blanc, les aides doivent aller principalement aux PME", a ajouté Karine Berger.

Les quatre citent aussi parmi les "débats interdits" au PS le renouvellement des institutions de la Ve République et la question de l'orientation de la politique européenne.

"On est sur le point de participer au sein de la Commission européenne à une coalition dirigée par la droite et les libéraux, et il est envisagé que ce soit un socialiste qui soit en charge des affaires économiques", a dit Karine Berger. "Nous risquons de perdre la cohérence de la gauche française."

Le congrès du PS, dont les quatre demandent la convocation début 2015 et non à la fin de cette année-là comme actuellement prévu, devra trancher ces débats avant les élections cantonales et régionales, estiment-ils.

Ils n'excluent pas de défendre leur propre motion, sans se prononcer sur les soutiens qu'ils pourraient rallier. D'ici là, ils présenteront leurs positions à l'université d'été du PS dans un livre intitulé "Contre la mort de la gauche".

Ils demandent aussi l'organisation de primaires auxquelles devrait se soumettre François Hollande s'il décide de briguer un deuxième mandat à l'élection présidentielle de 2017.

"Ça peut être pour lui aussi la manière de se relégitimer par rapport aux Français et aux militants", dit Yann Galut.

(Emmanuel Jarry, avec Elizabeth Pineau, édité par Grégory Blachier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.