Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quand un pétrolier nord-coréen renverse le Premier ministre libyen
Le Point19/03/2014 à 09:23

L'affaire pourrait prêter à sourire si elle ne symbolisait pas l'anarchie en règle en Libye, un pays au bord de la partition, trois ans après l'opération française Harmattan qui a renversé Muammar Kadhafi. Tout débute le samedi 8 mars avec l'accostage du Morning Glory, un curieux pétrolier battant pavillon nord-coréen, dans le port d'al-Sedra, en Cyrénaïque. Cette région de l'est du pays, berceau de la révolution libyenne, regroupe l'essentiel des réserves pétrolières du pays.La protection des installations est assurée par d'anciens rebelles anti-Kadhafi, lourdement armés grâce aux livraisons occidentales aux opposants libyens en 2011, mais aussi à l'important arsenal de Kadhafi dans lequel les ex-miliciens ont allègrement puisé. Or, ces anciens révolutionnaires ont décidé de tourner casaque et bloquent depuis juillet les principaux terminaux pétroliers de Cyrénaïque. Dénonçant au départ les malversations financières dont se rendraient coupables les membres du gouvernement dans le secteur des hydrocarbures, les frondeurs comptent en réalité se servir de l'arme du pétrole pour réclamer l'autonomie de la Cyrénaïque, dans le cadre d'un système fédéral. 234 000 barils de pétroleDès le mois d'août, les autonomistes passent à l'acte en proclamant la formation d'un gouvernement local, d'une banque ainsi que d'une compagnie fédérale de pétrole. Impensable aux yeux des autorités de Tripoli, qui tirent des...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ZvR
    23 mars11:58

    bah, C'est beau de voir la paix la démocratie et la probité fleurir dans tout les pays libérés. le pays peux enfin prospérer.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer