Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quand un éleveur met du vin dans son bovin

RelaxNews06/07/2012 à 14:29

Quand un éleveur met du vin dans son bovin

(AFP) - Il y avait le boeuf de Kobé, né au Japon et élevé à la bière, il y aura peut-être dans les assiettes françaises le "Vinbovin" après une expérience réussie à Lunel-Viel sur trois bovins, deux angus et un camarguais, nourris quatre mois avec du vin languedocien dans leur alimentation.

L'idée est venue du président d'une association de défense du vin, Jean-Charles Tastavy. Ce viticulteur a eu connaissance de deux expérimentations, l'une au Canada et l'autre en Espagne où le responsable affirme qu'un animal heureux donne de la meilleure viande.

"Pourquoi ne ferions-nous pas chez nous ce que d'autres font ailleurs ?", s'est demandé M. Tastavy. Avec le concours du conseil général de l'Hérault et de la FDSEA, une association a donc été créée, la marque "Vinbovin" déposée et des règles ont été édictées.

"Pour chaque animal, l'alcool ingéré doit représenter l'équivalent de la consommation recommandée par les autorités de santé pour un homme, à savoir deux ou trois verres de vin par jour. Pour un bovin, cela fait 1 litre à 1 litre et demi", détaille M. Tastavy.

En 2011, le projet d'un essai, une première en France, est lancé. Et c'est Claude Chaballier, propriétaire d'une manade où les taureaux en surplus sont de toutes les façons destinés aux abattoirs, qui a accepté de se lancer dans cette aventure. Une deuxième expérience est prévue à partir d'août-septembre.

Après les dernières vendanges, les trois bovins ont ainsi reçu du marc de raisin complété par de l'orge aplatie et du foin à volonté, le tout arrosé... d'eau. Ensuite, deux litres de vin de Saint-Geniès des Mourgues ont remplacé le marc. "Les bovins ont apprécié le menu et mangé avec appétit", assure M. Chaballier.

Mariage gastronomique

"J'ai pensé leur donner la prochaine fois du Muscat pour donner un goût plus musqué à la viande", ajoute ce manadier, administrateur du syndicat des éleveurs héraultais qui veut croire que "meilleure est la qualité du vin meilleure est la viande".

Ce mariage gastronomique de l'élevage avec la viticulture a été à la hauteur des espoirs placés par son initiateur. "On l'a dégustée", se souvient l'éleveur, relevant le "rendement intéressant" d'une bête qui s'est développée particulièrement et des "morceaux goûteux".

Pour M. Chaballier, reste un bémol : le prix, même si cette nourriture est limitée dans le temps, à savoir environ 4 mois. La valeur journalière du repas des animaux élevés au vin est multipliée par trois, de 5 à 15 euros, soit le kilo de viande autour de la centaine d'euros pour les parties les plus nobles.

Cette notion de luxe, Laurent Pourcel, chef étoilé au Michelin, ne la nie pas. Mais à ses yeux, il n'y a pas d'hésitation à avoir car les éleveurs ont intérêt à produire cette viande "à la texture très spéciale, belle, persillée, fondante qui caramélise à la cuisson".

"Elle a une finesse de goût très marquée. Plus on la laisse rassir et se détendre, meilleure elle est", ajoute le cuisinier qui achète déjà depuis quelques temps de la viande élevée au vin au Chili par des Espagnols mais souhaite pouvoir utiliser "des produits locaux".

M. Pourcel a déjà convaincu quelques-uns de ses confères lors d'une présentation effectuée dans son restaurant. "Toutes les grandes tables parisiennes vont prendre", prédit l'artiste des fourneaux, soulignant que cette viande représente un débouché pour les éleveurs et les vignerons de la région.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.