1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quand Emmanuel Macron s'essaie dans les pas de Jacques Chirac
Le Parisien13/10/2019 à 08:29

Quand Emmanuel Macron s'essaie dans les pas de Jacques Chirac

Cournon, près de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le vendredi 30 septembre. Emmanuel Macron s'invite par surprise au Sommet de l'élevage, le plus grand rassemblement de bovins et d'ovins d'Europe, dans un contexte tendu : la sécheresse qui a frappé cet été toute la filière agricole, les prix du lait et la concurrence internationale créée par les accords du Ceta et du Mercosur. Il est en terrain miné, il le sait.Alors quand il se présente au milieu du grand ring où se déroule le concours interrégional de vaches Salers, le chef de l'Etat prend le micro : « Je voulais vous apporter un message d'amitié. Je serai à vos côtés aujourd'hui et demain », commence-t-il, voulant rassurer. Puis en voyant les photos d'un certain Jacques Chirac défiler sur le grand écran, l'amateur de tennis qu'il est ne manque pas de saisir la balle au bond : « Et bravo pour l'hommage à Jacques Chirac ! »« Juste un clin d'œil »Bien sûr, il n'ignore pas la cote d'amour unique de l'ancien président de la République dans le milieu agricole. Opportunisme ? « Juste un clin d'œil dans le cadre de sa déambulation au salon. Il n'y avait pas d'arrière-pensée, encore moins l'idée d'une quelconque récupération politique », nuance son entourage.Et pourtant, depuis son décès le 26 septembre, c'est peu dire que Jacques Chirac est un absent bien présent dans le quotidien d'Emmanuel Macron. Particulièrement dans les hommages rendus.Comme lundi 7 octobre encore, lorsqu'il a invité quelque 250 anciens collaborateurs de son prédécesseur au palais présidentiel. Des officiers de sécurité aux secrétaires, en passant par les chauffeurs et les anciens membres de cabinet. Certains sont encore au Palais aujourd'hui. A l'instar du chef cuisinier Guillaume Gomez ou encore du chef d'état-major particulier, l'amiral Bernard Rogel.L'occasion pour Emmanuel Macron de saluer, ce soir-là en tout cas, « la générosité au ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer